vendredi 13 mai 2016

Loin de la foule déchaînée

Titre : Loin de la foule déchaînée
Titre original : Far from the Madding Crowd
Auteur : Thomas Hardy
Traduction : Thierry Gillyboeuf
Édition : Archipoche
Parution : 2015
Nombre de pages : 470
Synopsis : Jeune femme d'une grande beauté et au caractère impétueux, Bathsheba Everdene hérite à vingt ans d'un beau domaine, qu'elle dirige seule. Quand un incendie se déclare dans sa propriété, un ancien soupirant ayant connu des revers de fortune, Gabriel Oak, apporte une aide précieuse pour sauver ses récolte. Elle lui procure un emploi parmi ses gens, mais devient l'élue de deux autres prétendants, bien décidés l'un et l'autre à obtenir sa main. Oak s’avèrera quant à lui d'une étonnante fidélité...



Note : 17/20

Avis personnel :
    Je ne sais plus où j'avais vu pour la première fois une chronique sur ce livre, mais la personne avait tellement adoré qu'elle m'avait convaincue de me le procurer. J'adore les histoires qui se déroulent autour du 19ème ou 20ème siècle et l'intrigue me plaisait bien. J'ai tardé à le trouver mais il a été entre mes mains, enfin. 

    Dans la campagne des années 1800 - fin du siècle je suppose - Gabriel perd son troupeau de moutons à cause d'un chien mal dressé, il est dépité mais résolu à trouver un autre travail en tant que berger ou intendant dans une autre ferme. Par hasard durant sa recherche d'emploi, il se trouve face à une ferme en flammes et n'écoutant que son courage, il arrive à la sauver du feu. La ferme appartenait en réalité à Bathsheba Everdene, la jeune femme qu'il a demandé en mariage des mois plus tôt et dont il a obtenu un refus. Pour le récompenser de sa bravoure et de son aide, Bathsheba l'emploie dans sa ferme comme berger malgré toute la gêne qu'elle éprouve à son égard.
    L'histoire ne se concentre pas sur un seul personnage. Le point de vue passe de Bathsheba à Gabriel ou a d'autres personnages secondaires furtifs ou importants. C'est un aspect qui peut déranger certains lecteurs et même parfois les déboussoler mais personnellement j'ai trouvé que cela donnait un peu de diversité au récit. Si le récit ne se concentrait que sur le personnage de Gabriel, l'histoire aurait été monotone - à mon humble avis. Le seul petit point négatif que je trouve à redire à "l'organisation" de l'histoire, c'est qu'on passe d'un point de vue à un autre sans transition, sans saut à la ligne ou espace. Peut-être est-ce dû à l'édition ou peut-être est-ce dû à la manière d'écrire de Thomas Hardy. Peu importe mais c'est vraiment ce point-là qui m'a dérangée, on passe de Bathsheba à son prétendant sans transition aucune et c'était parfois un peu frustrant. 

    L'histoire en elle-même est passionnante : on plonge au cœur de l'époque, ses décors, son ambiance campagnarde et ses valeurs. J'ai réellement adoré, c'était un peu comme un voyage dans le temps. Les personnages sont attachants, ils m'ont presque tous plu. Gabriel était de loin mon préféré, c'était le plus humble et le plus effacé mais finalement le plus plaisant à lire et à découvrir. Bathsheba est quant à elle une femme forte, voulant diriger sa ferme seule, et de la manière la plus juste qui soit. Les deux tempéraments se mélangent facilement à l'ambiance qui règne mais ils se détachent également de l'atmosphère par leurs idées et leurs comportements. Ce sont deux personnages les plus à leur place dans leur époque mais aussi les plus modernes. Ils renversent les codes. 

    J'ai trouvé l'intrigue longue à démarrer et parfois certaines scènes un peu longuettes mais ça n'a rien enlevé à mon plaisir de lecture. L'intrigue bouge, chaque personnage est impliqué dans l'histoire. A aucun moment je ne me suis ennuyée. L'auteur sait rythmer son récit, il y verse même parfois quelques notes de sarcasmes, d'ironie et d'autodérision dans les pensées et les dialogues de ses personnages - très souvent de la part de Gabriel et Bathsheba d'ailleurs. J'ai bien envie de vous dire ce qui se passe un peu pour les deux protagonistes tout au long de l'histoire mais ça serait vous dévoiler l'intrigue et je passerais pour une vilaine. Seulement je n'ai que quelques mots : prenez votre mal en patience. Quelque soit la situation que vous envisagez pour les deux protagonistes, soyez patients. Ça n'est pas ma qualité première soyez-en sûrs... mais j'ai réussi. Et vous aussi, vous réussirez.
   Sur le fond, l'histoire peu ressembler à Orgueil et préjugés. On y retrouve les mêmes valeurs, les mêmes hontes, et parfois les mêmes enjeux. A la fin de ma lecture, c'était toujours un goût d'Orgueil et préjugés, mais en plus sombre, plus triste. Pas que l'histoire soit larmoyante mais il se passe des choses moins joyeuses que dans le roman de Jane Austen. Quelque part c'est tout aussi bien. Je ne me sentais pas d'avoir un copié-collé d'une histoire déjà culte. 

    Je pourrais recommander ce roman à tout le monde mais quand même, ce serait plus pour les amoureux(ses) de littérature classique du siècle précédent - voire deux siècles avant vu que l'histoire se déroule en 1800 et quelques. Je le recommande également aux amoureux(ses) de romances - il s'en cache un peu dans ce roman... bon d'accord y'en a beaucoup. Mais certainement pas comme j'en ai l'habitude d'en lire. C'était très frustrant mais très nouveau. Ce roman a été une vraie découverte pour moi et je ressors très contente de ma lecture. Il ne me reste plus qu'à regarder le film adapté du livre.



Chapitre 16, page 152 :
"Chez Bathsheba, le premier mouvement était téméraire ; mais il ne durait pas et avec la réflexion revenait la prudence. De toute la paroisse, Gabriel Oak était le seul homme dont elle appréciait la manière de voir plus que la sienne. [...]
Convaincu qu'il ne serait jamais accepté comme prétendant, une résolution héroïque contraignait Oak à ne pas nuire à de plus heureux que lui. C'est bien, on l'avouera, la vertu la plus stoïque que puisse posséder un amoureux, et en être privé ne constitue qu'une faute bien vénielle. Bathsheba était donc persuadée qu'en questionnant Gabriel il lui répondrait en toute sincérité, quelque pénible que fût pour lui cette tâche. Telle est la cruauté des jolies femmes ! Disons cependant pour son excuse qu'en dehors d'Oak la jeune fille n'avait aucun conseiller ni aucun guide."


5/12

Vous aimerez peut-être : 
Le pacte de Mary Jo Putney
Orgueil et préjugés de Jane Austen
Le serment du Titanic de Cathy Gohlke

D'autres blogueurs en parlent :

6 commentaires:

  1. Lorsque je lis le.résumé je ne suis pas emballée mais quand je lis ton avis la j'ai envie de le lire... Reste à savoir si je le mets dans ma wish-list ou pas!!!
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ça... cruel dilemme ! J'ai hésité à le mettre dans ma WL pendant longtemps aussi. Et puis finalement... :D

      Supprimer
  2. J'hésite beaucoup à lire ce livre, je ne sais pas pourquoi...mais ta chronique me donne envie, en tous cas ! ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est génial ce livre ! :D je conseille. Je conseille aussi le film si jamais tu ne te sens plus de le lire :)

      Supprimer
  3. Le moins dépriment des livres de cet auteur que j'ai pu lire xD !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mon Dieu c'est vrai ? Ahahah et dire que j'envisageais d'en lire d'autres de cet auteur ! :'D

      Supprimer