mardi 16 août 2016

La saga Waterfire, tome 1 : Deep Blue

Titre : La saga Waterfire, tome 1 - Deep Blue
Titre original : Waterfire Saga, book 1 - Deep Blue
Auteur : Jennifer Donnelly
Traduction : Lucile Galliot
Edition : Hachette
Parution : 2014
Nombre de pages : 366
Synopsis : Lorsque Serafina, princesse de Miromara, s'éveille au matin de ses fiançailles, sa première préoccupation devrait être de retrouver son promis, le séduisant prince Mahdi. Elle l'aime depuis l'enfance et il l'aime en retour. Enfin, il l'aimait, elle a quelques doutes à présent...
Pourtant, ce matin-là, l'esprit de Serafina est surtout accaparé par d'étranges rêves annonçant le retour d'une ancienne malédiction. Ses prémonitions se confirment quand sa mère est touchée d'une flèche empoisonnée, et le chaos semé dans tout le royaume. 
Guidée par ses cauchemars, Serafina, accompagnée de cinq autres sirènes, se lance dans une quête périlleuse pour venger ses parents et empêcher les communautés sous-marines de s'entredéchirer. Mais elle est encore loin d'imaginer qu'elle vient de plonger dans une vaste conspiration, qui menace sont monde... et le nôtre.


Note : 12/20


Avis :
    J'ai mis ce livre-là dans ma Wish-List uniquement parce qu'il m'intriguait. Une histoire se déroulant sous l'eau, je voulais voir ça. Les sirènes ça me tentait moyen mais pourquoi pas, qui de tente rien n'a rien. Et finalement, je ne veux plus entendre parler de sirènes...

    On plonge donc dans l'univers de Serafina, une jeune sirène - une sirle - qui est prête à devenir une future souveraine de Miromara et à se marier. Tout va mal pour elle ce jour-là : elle apprend que sa cité est menacée et qu'elle rentre en guerre, et elle ne trouve pas son fiancé, qui semble être devenu un vrai tombeur auprès d'autres jeunes sirènes qu'elle. 
    Dès le début du livre, l'auteure nous livre énormément d'informations concernant les organisations et les conflits sous-marins. J'ai essayé de bien tout imprimer dans ma mémoire, jusqu'à ce que je me rende compte qu'en réalité, ça ne sert pas. Ou en tout cas pas tout de suite. C'est le point négatif numéro 1 : trop d'informations, tuent l'information. Arrivés au milieu de l'histoire, vous vous rendrez compte que pour tout comprendre, il faut emmagasiner beaucoup d'éléments, mais beaucoup sont superflus pour l'instant. Ça ralenti beaucoup. 
    Le dernier point qui ralenti un peu la lecture, c'est le vocabulaire employé. Il y a énormément de nouveaux mots propre au vocabulaire des sirènes. Par exemple, "canta magus" qui est en gros la professeur de chant des sirènes. "terragoggs" : qui signifie les humains et  "sirle" qui signifie jeune fille. Ce n'est pas spécialement un point négatif à la lecture : ça permet de s'immerger totalement dans le monde des sirènes mais prenez garde, je m'y suis vite perdue - surtout que si on fait bien attention, certains mots ne sont que des mots "normaux" modifiés pour être propres au "vocabulaire miromarin". Une annexe est cependant disponible à la fin du livre, mais par flemme de m'y rapporter toutes les 2 pages, j'ai appris à faire sans.  Les informations et le vocabulaire sont un amas de nouvelles choses à trier et à comprendre. C'est d'une lourdeur... mais voyons le côté positif, ça nous permet de mieux apprécier les péripéties. Venons à l'histoire !

    J'ai eu un semi-espoir, j'étais vraiment prise par l'histoire : je voulais vraiment savoir si Serafina allait réussir sa cérémonie - jusqu'au 100 premières pages - et là c'est le drame. La vie de Serafina est bousculée, et le scénario aussi. L'histoire d'amour n'existe plus, et c'est devenu un énorme cafouillage de péripéties dont je n'ai pas compris l'intérêt. Mon attention à la lecture devenait croissante dès qu'un peu d'action arrivait, mais finalement j'étais déçue de voir des choses complètement clichées et des personnages un peu niais évoluer dans un environnement très bien construit. Je suis sévère. Mais encore, je n'ai pas parlé de l'héroïne. 
   Serafina est une princesse, elle évolue dans un univers de confort et de richesse. Elle semble être constamment rabaissée par sa mère, la reine. Elle veut faire le meilleur mais elle surestime le but à atteindre et se sent complètement dépassée : elle m'a touchée sur ce point, la relation mère-fille est quelque chose qui était plaisant à lire. Cependant, Serafina surestime peut-être les pouvoirs de sa mère qu'elle souhaite égaler, mais par contre les enjeux monarchiques et territoriaux ça lui passe au-dessus. Elle est complètement dépassée par les responsabilités et se laisse totalement porter par le vent. Ou le courant, vu qu'on est sous l'eau. Il y a énormément de moments où j'ai eu envie de la secouer, et surtout beaucoup de moments où j'avais envie de lui dire "Mais purée on t'as dit non ! On te l'a déconseillé ! C'est défendu, pourquoi tu fais ça ?" d'un air atterré. Elle n'en fait qu'à sa tête - certain diront que c'est l’instinct - et finalement elle met tout le monde dans la panade. Bravo la sirle ! Globalement je pense que Serafina fait un peu gourde. J'ai envie de dire que ça évolue mais pas tellement puisque juste au moment où j'avais de l'espoir, j'ai appris qu'elle avait besoin d'une histoire pour s'endormir, et qu'en plus elle était capricieuse. Dommage !

    Sinon, pour vous donner envie de lire le livre, y'a les personnages secondaires : Neela, une princesse sirènes des mers indiennes est créative, arrive à faire réfléchir Serafina - ouf ! - et semble être la plus rigolote de toutes. J'ai eu également beaucoup d'affection pour Ling qui est la plus posée et en même temps celle qui a le plus de jugeote. Les autres sirènes que l'on découvre tout à la fin rattrapent un peu cette déception vis-à-vis de l'héroïne. On a même une pseudo-ennemie de Serafina qui peine à trouver sa place, mais qui, je pense, donnera plus d'intensité à la lecture dans les prochains tomes. 
    En autre point positif, on reste dans l'océan avec un univers extrêmement bien construit : des conflits, des alliances, des règles, des monarchies, des espèces en tout genre... On découvre l'océan par les yeux de Neela et Serafina - qui se partagent la narration - et c'était vraiment dépaysant. L'auteure a réussi avec brio le fait d'écrire un scénario sous l'océan. Je m'attendais à une Petite Sirène et en fait c'est bien plus sombre et bien plus profond que ça. Une fois tout mis en place dans la tête - oui n'oubliez pas qu'il y a beaucoup d'informations - c'est un univers complet qui prend forme. J'y retournerais bien si Serafina ne me gonflait pas autant. 

    J'avoue ne pas avoir accroché avec la prophétie et les cauchemars vécus par Serafina. En toute objectivité, il y a de l'idée. C'est original : le fait de se faire appeler par des sorcières dans son sommeil, pour ensuite découvrir qu'elles doivent être les 5 réunies, j'ai apprécié. Dommage que cela n'arrive que goutte à goutte et qu'à la place on ait des fuites et des conflits inutiles entre les sirènes et le méchant de tous les méchants. 

    J'ai encore beaucoup à dire mais je vois que la chronique commence à être longue. Je ne sais pas si je vous ai convaincu de lire ce livre - en même temps je ne sais pas si c'était l'objectif, vu comme je l'ai pas trop aimé - mais en tout cas vous savez à quoi vous attendre en quelques points : vocabulaire compliqué, scénario compliqué - et en même temps un peu niais, une héroïne gourde et complètement à la masse, des autres sirènes assez rigolotes et une prophétie qui aurait mérité plus de place. Beaucoup de blogueurs disent que ce premier tome est une introduction à ce qui se passera ensuite, que c'est beaucoup d'infos pour beaucoup d'actions par la suite. J'espère pour eux - et pour vous ! - que c'est ça. Personnellement je ne lirais pas la suite - ou alors vraiment si je ne trouve rien d'autre à lire - parce que l'héroïne m'a complètement saoulée et que la prophétie n'a pas si m'intriguer plus que cela. Au revoir les sirènes. 


Chapitre 35, page 268 :
"Serafina s'était assise. En seize ans, on ne lui avait jamais coupé les cheveux, ne serait-ce que pour les égaliser. [...] A mesure que les mèches sectionnées par Neela étaient tombées sur le sol, elle avait éprouvé une sensation des plus étranges, comme si on l'amputait également de certaines facette de sa personnalité : celle qui faisait aveuglément confiance, celle qui suivait scrupuleusement les règles, celle qui attendait toujours que les autres prennent les choses en main."

Vous pourriez aimer : 
Les messagers des vents, tome 1 de Clélie Avit
Hunger Games, tome 1 de Suzanne Collins

D'autres blogueurs en parlent :
 My-Bo0ks

dimanche 7 août 2016

In My Mailbox #9


In My Mailbox se déroule tous les dimanches, il a été pris en charge par le blog Lire ou Mourir, chez qui sont rassemblés tous les participants. 
C'est un moyen de partager tous les livres que l'on a reçu, acheté ou emprunté chaque semaine.


♦ Harry Potter and the Cursed Child de J.K. Rowling, Jack Thorne & John Tiffany ♦
Synopsis : Harry is "an overworked employee of the Ministry of Magic, a husband, and father of three school-age children."
In the epilogue to "Deathly Hallows", readers learnt that Harry had married Ginny Weasley, and together they had two sons, Albus and James, and a daughter, Lily. 
In "Harry Potter and the Cursed Child",  Albus struggles "with the weight of a family legacy he neer wanted", the announcement said. "As past and present fuse ominously, both father and son learn the uncomfortable truth : Sometimes, darkness comes from unexpected places".

Voilà. C'est le seul et unique livre que j'ai acheté cette semaine. Je vous avoue, je découvre le synopsis seulement maintenant, et je ne sais pas à quoi m'attendre. Pourquoi pas ? En tant que fan, ça me fait énormément plaisir de pouvoir replonger dans du Harry Potter, un tout neuf tout beau. Certaines critiques sont déjà sorties, j'en entends déjà qui comparent ce livre à une fanfiction. Ça fait peur comme ça fait plaisir, parce que j'adore les fanfiction, mais ce n'est pas ce que j'attends de J.K. J'achèterais certainement d'autres livres la semaine prochaine, aucun Harry Potter, promis ! 


EXPLOSION DE FEELS







Bon dimanche à vous !

lundi 1 août 2016

BILAN DE JUILLET


Bienvenue au mois d’Août - signe de milieu des vacances d'été - c'est formidable !
Beaucoup de lectures, ça fait plaisir, mais beaucoup de déceptions, ou en tout cas, des lectures médiocres. J'espère que je ferais plus de jolies découvertes ce mois-ci. J'aurais pu lire beaucoup plus mais j'ai été happé par cette série qui s'appelle Downton Abbey. C'est bien. Même très bien. Même excellent ! Mais les livres boudent.

Le mois d'Août, mois de préparation à la rentrée : on ressort les cours, on les feuillette, on réapprend certains trucs... quoi je suis la seule à le faire ? Petit à petit aussi je me prépare à partir de Marseille pour aller vers le Nooooooorrrrddd - ou plus simplement nommé "Besançon". N'ayant pas réussi à intégrer un master dans ma fac d'origine, je migre vers une qui serait plus tolérante envers mes résultats médiocres. Préparation au froid dans 22 jours.
Je vous avoue, je suis un peu triste de partir de ma ville, mais aussi un peu stressée parce que c'est un peu ma dernière chance de réussir dans ce que je souhaite faire. Et pour l'instant j'ai pas du tout la confiance, mais alors pas DU TOUT. C'est pour ça que je vais passer le mois à travailler un peu tous les jours. Super mois d'Août !
On passe aux lectures du mois ?

Livres lus :
Le liseur du 6h27 de Jean-Paul Didierlaurent : Un petit livre de moins de 200 pages qui conviendra à tous ceux qui aiment les livres. Le seul hic, c'est les formulations de phrases que je n'ai pas aimé et que j'ai trouvé trop alambiquée. 
Les messagers des Vents, tome 1 de Clélie Avit : Un début de saga très prometteur, avec une héroïne un peu passive mais qui sait ce qu'elle veut, et le personnage masculin le plus charismatique des romans jeunesse. L'histoire est un peu confuse avec tous ces nouveaux éléments mais l'univers est très beau. 
Contes des Royaumes, tome 1 - Poison de Sarah Piborough : Un premier tome très décevant, l'histoire de Blanche-Neige est juste réécrite avec des scènes de sexe, et il manque presque tous les nains... 
Contes des Royaumes, tome 2 - Charme de Sarah Pinborough : Ce tome rattrape le premier. L'histoire de Cendrillon renverse les codes et c'est une vraie réécriture. Les personnalités sont changées mais j'ai adoré cela ! 
Contes des royaumes, tome 3 - Beauté de Sarah Pinborough : Un roman qui conclu la trilogie avec brio mais qui finalement n'est qu'un fourre-tout de contes pour enfants, un beau gloubiboulga. 


Livre coup de ♥ du mois

Outlander, tome 1 : Le chardon et le tartan de Diana Gabaldon ♦
C'est le pavé du mois. C'est le coup de cœur du mois. Diana Gabaldon nous offre un univers Ecossais merveilleux avec des personnages formidables qu'on a pas envie de laisser en si bon chemin. Calqué sur la véritable Histoire de l'Ecosse et de l'Angleterre, c'est un vrai voyage temporel que vit Claire, l'héroïne. Le personnage de Jamie est très charismatique et c'est une joie de découvrir une si belle histoire. 


Autres articles sur le blog :
• In my mailbox : #6 #7 #8
• C'est Lundi, que lisez-vous ? #9 #10
TAG Le lecteur en vacances



QUEEN MAGGIE SMITH ♥

Ce mois-ci, la Page Facebook du blog a été crée ! 
Vais-je réussir à la tenir active ? Suspens...

samedi 30 juillet 2016

Outlander, tome 1 : Le chardon et le tartan

Titre : Le cercle de pierre, tome 1 - Le chardon et le tartan
Titre original : Outlander, book 1 - Cross Stitch
Auteur : Diana Gabaldon
Traduction : Philippe Safavi
Edition : J'ai lu
Parution : 2014
Nombre de pages : 852
Synopsis : 1945. Claire passe ses vacances en Ecosse, où elle s'efforce d'oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d'une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d'en découvrir la raison : en s'approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d'un champ de bataille.
Le menhir l'a menée tout droit en l'an de grâce 1743, au coeur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par de monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois ?


Note : 20/20


Avis :
   Parmi les sagas coup de cœur des blogueurs, on retrouvait très souvent Outlander - cet énorme pavé nous plongeant dans l'Ecosse profonde. J'avais au départ une réticence à le lire parce que les voyages dans le temps, pour moi c'était du vu/revu et surtout à cause du nombre de pages. Je ne rechigne pas à lire un pavé mais si c'est pour qu'il ne me plaise pas, c'est beaucoup plus compliqué. 

    Claire Randall est mariée avec Franck Randall : ils se retrouvent tout juste, alors que la Seconde Guerre mondiale vient de terminer. Alors qu'elle est occupée par sa nouvelle passion, l'herbologie, son mari lui, n'a de cesse de découvrir un peu plus de secrets sur ses ancêtres. Alors qu'ils partent à la recherche de nouveaux mystères des Highlands, Claire se fait "aspirer" par un mégalithe, ce qui la propulse en pleine bataille, de l'an 1743. Déjà bien mal lotie de se retrouver au beau milieu d'un combat sanglant, elle se fait agresser par un commandant Anglais - Jonathan Randall, un ancêtre de son mari qu'elle reconnait immédiatement - mais est heureusement secourue par un inconnu, qui l'apporte dans une chaumière. Alors qu'un magnifique débat prend forme autour de "est-elle une catin anglaise ?', elle se retrouve à secourir un des guerriers écossais Jamie. Impressionnés par ses capacités d'infirmière, ils l'emmènent avec eux, en attendant de découvrir qui elle est vraiment. 

    Avouez que quand même ça fait pas mal d'infos à avaler en si peu de pages - oui parce qu'on doit en être à peine à la 100ème, là. C'est au moins ce qu'il faut pour placer une bonne intrigue. Car oui, c'est le point fort de ce livre - le number one ! On a d'un côté l'histoire de Claire qui se forge une nouvelle identité, essaye de retrouver le cercle de pierre pour retourner à son époque, mais ça aurait été si simple: elle commence à prendre goût à tout ça - quel suspens ! 
    J'ai vraiment adoré suivre la vie de Claire, que ce soit en 1945 ou en 1743, c'est vraiment un personnage intéressant, moderne mais qui doit évoluer dans un monde austère et sexiste. Elle saura montrer sa différence et tirer son épingle du jeu et ainsi se comporter le plus normalement du monde dans une époque qui n'est pas la sienne mais qui la fascine. Elle évolue au milieu des conflits militaires, des intrigues monarchiques internes et externes au château et se retrouve plongée dans les secrets de Jamie et des autres, tout cela en essayant d'être la plus normale possible. 
    Là où Outlander se distingue des autres intrigues de même type - à savoir "voyage dans le temps" - c'est que le sujet n'est pas pris à la légère. Les différences que Claire perçoit ne se résument pas à "oh mon dieu la vie de château est différente !" mais surtout aux coutumes, aux vêtements, au langage, à la médecine, à tout. C'est un vrai voyage, autant pour Claire que pour nous lecteurs. Un dépaysement total.

    Outre le paysage et les palpitantes aventures de Claire dans ce domaine très masculin, le plaisir de lire ce livre se trouve réside dans le personnage de Jamie, un jeune Irlandais assez casse-coup mais courageux qui peine à trouver une place concrète dans son propre univers. Dès le départ, le personnage de Jamie se distingue des autres par son cynisme et ses valeurs qui sont loin de celles de ses congénères un peu bourrus. Tout au long du livre, il dévoilera des secrets, des valeurs et une histoire qui m'ont particulièrement émue. La relation qu'il développera avec Claire est une des plus fortes et des plus valeureuses que j'ai pu découvrir : leurs "interactions" se font de façon la plus naturelle possible, même si au bout d'un moment j'ai éprouvé une certaines lassitude, juste avant que les péripéties ne recommencent à rebooster l'histoire. 

    C'est un univers riche et palpitant que j'ai découvert grâce à ce premier tome, je ne suis pas déçue. Le pavé qu'il représente peuvent refroidir certain(e)s mais les péripéties sont nombreuses et l'univers est tellement détaillé qu'on ne trouve pas le temps de s'ennuyer. Derrière l'aventure de Claire - en fond, et presque finalement faisant partie intégrante de son récit à elle - on trouve une intrigue historique, des complots, des manigances, des retournements de situations qui forgent l'Histoire de l'Ecosse et de l'Angleterre. C'est un récit complet autant par son déroulement que par les personnages qui l'habitent - vous trouverez vos chouchous comme ceux qui vous détesterez. 

    Ce livre rejoint l'équipe des livres "qui sont gros mais que finalement ça va parce que l'histoire est excellente". Ne soyez pas découragé, votre persévérance pour le lire sera récompensé par un récit superbe, pour lequel 850 pages ne suffisent pas. 


Chapitre 5, page 124 : 
"Seigneur, quelle mouche vous a piquée de vous couper les cheveux aussi courts, mon enfant ? Vous vous êtes déguisée ? J'ai entendu dire que certaines femmes n'hésitaient pas à se travestir en homme pour voyager en sécurité et ne pas être inquiétées par ces satanés Anglais. Non mais vraiment ! Quand est-ce que nous autres, les femmes, on pourra se déplacer tranquillement sur les routes ?"

15/12

Vous aimerez peut-être : 


D'autres blogueurs en parlent :
Fred Bouquine

La nouvelle page Facebook du blog ☺

dimanche 24 juillet 2016

In my mailbox #8


In my Mailbox se déroule tous les dimanches, il a été pris en main par le blog Lire ou Mourir chez qui sont rassemblés tous les participants. 
C'est un moyen de partager les livres que l'on a reçu, acheté ou emprunté chaque semaine. 


Livres achetés


Je n'achète que très rarement des livres. Déjà parce que si je les veux dès leur sortie, ça coûte cher, et puis après le temps de les trouver en poche ou en occasion ça prend du temps.
Là, j'ai eu un peu de travail le mois dernier, alors, j'ai le droit de m'acheter pour 20€ de livres - c'est la règle établie entre moi et mon désir d'acheter. Les heureux élus sont les trois du dessus. J'en ai eu deux d'occasion : Dieu me déteste raconte l'histoire d'un garçon malade qui veut vivre pleinement ses derniers instants - à ce que j'ai compris. Made in China est un roman de J.M. Erre dont j'avais déjà lu un roman : tout est tiré par les cheveux avec lui. Ici, c'est l'histoire d'un jeune garçon noir et... Chinois, il va chercher à savoir pourquoi. Merci Gibert Joseph pour ces romans d'occasion. Trop sympa !
Par contre petit craquage : roman neuf et qui sent bon - Everything Everything aux éditions Bayard qui a fait une très belle couverture. J'ai hésité longtemps - 10 minutes - avant de l'acheter parce que j'avais peur d'être déçue et puis j'ai lu "Le plus grand risque dans la vie, c'est de ne pas en prendre" qui est la phrase d'accroche sur la couverture. C'est pas beau ce racolage, j'ai culpabilisé et puis... il est dans ma bibliothèque ! 


Livres offerts 

♦ N'oublier jamais de Michel Bussi ♦
Synopsis : A Yport, parti courir sur la plus haute falaise d'Europe, Jamal a d'abord remarqué l'écharpe, rouge, accrochée à une clôture. Puis la femme, incroyablement belle, la robe déchirée, le dos face au vide, les yeux rivés aux siens. Jamal lui tend l'écharpe comme on tend une bouée. Quelque secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, gît le corps inerte de l'inconnue. A son cou, l'écharpe rouge.
Tout le monde pense qu'il l'a poussée. Il voulait simplement la sauver. C'est la version de Jamal. Le croyez vous ?


Bon dimanche à tous et à toutes !!


Hey, psssttt, voici la nouvelle Page Facebook du blog ! 

vendredi 22 juillet 2016

Contes des Royaumes, tome 3 : Beauté

Titre : Contes des Royaumes, tome 3 - Beauté
Titre original : Tales From the Kingdoms - Beauty
Auteur : Sarah Pinborough
Traduction : Frédéric Le Berre
Edition : Milady
Parution : 2014
Nombre de pages : 221
Synopsis : Cette fois, c'est l'histoire de la Belle au bois dormant qui va se prendre un petit coup de neuf ! Bien sûr, on y retrouvera tous les éléments classiques de ce conte (le beau prince, la terrible malédiction, la jeune fille endormie et le château hanté) mais de nouveau revus à la sauce moderne !








Note : 16/20

Avis : 
    Et enfin je termine cette trilogie des Contes des Royaumes. J'avoue avoir eu très envie de la finir uniquement pour passer à une autre histoire. Les contes me plaisent en général mais c'était peut-être trop cette fois-ci. Je les ais enchaînés, ça peut faire trop. 

    Dans ce tome, c'est l'histoire de la Belle au bois dormant qui est rénovée, mais je me permets de mettre un bémol. Ce n'est pas que l'histoire du rouet qui est réécrite. Alors certes, on a bien un prince qui traverse la forêt et qui découvre une cité pleine de racines et de végétation, avec une population complètement endormie. Il est accompagné du chasseur - le même que les deux premiers tomes - et rencontre en chemin une certaine Petra - qui me semble être une sorte de Petit Chaperon rouge. Au fil de l'histoire on trouve une pincée de Raiponce, de la Belle et la Bête, sous fond de la Belle au bois dormant. 

    Ça fait un beau mélange : le trio est original et j'ai bien aimé les suivre tout du long de cette nouvelle histoire. Le prince est complètement le cliché type des princes charmants, à la seule différence qu'il semble avoir une forte attirance pour l'alcool et le sexe libre. Son père n'est pas très heureux de voir son fils faire des exploits dans les bars et charge donc le chasseur de l'accompagner dans une quête dont le prince pourra vanter les exploits à travers les royaumes. Petra elle, souhaite suivre le chasseur et le Prince dans leur quête afin de découvrir ce qui se cache - ce qui l'appelle - derrière le mur de ronces. Le personnage de Petra ne m'a pas emballé plus que ça : je pense que son personnage n'est pas essentiel à l'intrigue même si son caractère est aux antipodes de celui des princesses déjà rencontrées et qu'elle apporte une touche féministe dans une littérature globalement sexiste.

    Pour ce qui est de l'intrigue, j'ai eu l'impression que c'était un joyeux pèle-mêle de différents contes connus de tous. Une belle femme est endormie dans un château alors qu'elle s'est piquée le doigt sur un fuseau. A son réveil c'est la joie et la peur : les habitants sont ravis d'être réveillés mais semblent avoir peur d'une Bête qui apparaît de temps en temps. Ajoutez à cela l'intrigue de Rumplestiltskin - Nain tracassin - et de son rouet sous ambiance de tour maléfique habitée par une sorcière et une certaine jeune fille retenue ici à son insu. C'était très drôle de retrouver un peu de tous ces contes mais malheureusement au milieu du livre tout cela est un peu confus : intrigues au milieu de l'intrigue, cela fait parfois trop et on est vite perdu. A tel point que je me suis demandé si toutes ces sous-intrigues étaient bien nécessaire. 

    La réécriture de l'histoire est originale cette fois-ci de par le pèle-mêle mais aussi par son angle de narration. Je m'attendais à trouver le point de vue de la Belle au bois dormant, piquée par le fuseau et tout le toutim mais en réalité, on suit l'histoire du point de vue du chasseur - voire du prince -, avant qu'il ne trouve la cité endormie et ne la libère de la malédiction. J'ai apprécié parce que le chasseur est un personnage humble et naturel que j'ai aimé suivre à travers les histoires. Ce point de vue nous permet de constater tout le côté caricatural du prince, et ce n'est pas de refus. 
    L'histoire de Belle - le personnage central, finalement - se révèle être très sombre et très... sanglant. On ne s'attend déjà pas à ce que l'histoire de la Belle au bois dormant soit mêlée à celle de la Belle et la Bête mais j'ai trouvé ce tour de passe-passe assez bien fait. 

    En conclusion, Sarah Pinborough arrive à mêler tous les contes de notre enfance en une seule et même intrigue, autour d'un seul et même personnage - le chasseur - à qui elle enlève le côté un peu bourru et méchant. Globalement, j'ai eu l'impression que les méchants devenaient gentils et que les gentils révélaient un côté méchant, ce n'est pas pour me déplaire. Les trois tomes sont en fait une seule et même histoire avec un seul fil conducteur, de telle sorte à former une boucle - on retrouve des indices de Poison dans Beauté et dans Charme, et vice-versa. C'est en ça que les réécritures n'en forme qu'une, un peu comme la série Once Upon a Time à mon sens. 


Chapitre 4, pages 49-50 : 
"- Je devrais l'embrasser, murmura le prince.
-Non, vous ne devriez surtout pas faire ça, répliqua Petra en le fusillant du regard. Ce ne serait vraiment pas bien. Si quelqu'un m'embrassait sans me demander la permission, prince ou pas prince, je lui collerais un coup de poing dans le nez"

14/12

Autres tomes :

D'autres blogueurs en parlent :

lundi 18 juillet 2016

C'est Lundi, que lisez-vous ? #10


C'est un rendez-vous initié par Mallou qui s'est inspiré de It's Monday, What are you reading ? by One Person's Journey Through the World of Book et qui a été repris par Galleane.

On répond comme chaque Lundi à trois petites questions : 

1- Qu'ai-je lu la semaine passée ?
2- Que suis-je en train de lire en ce moment ?
3- Que vais-je lire ensuite ?

1- Qu'ai-je lu la semaine passée ? 


J'ai eu le temps de lire l'intégrale de la saga Contes des Royaumes de Sarah Pinborough. Le premier tome était très moyen selon moi mais les deux autres ont rattrapé les erreurs du premier tome et rehaussent un peu le niveau de la trilogie. Néanmoins je ne pense pas qu'elle restera dans ma mémoire très longtemps.

Chroniques en ligne :
Poison - Charme

2- Que suis-je en train de lire en ce moment ?

♦ Outlander, tome 1 : Le chardon et le Tartan de Diana Galbadon ♦
Synopsis : 1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s'efforce d'oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d'une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d'en découvrir la raison : en s'approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d'un champ de bataille. 
Le menhir l'a mené tout droit en l'an de grâce 1743, au cœur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois ?

Alors celui-là j'ai vraiment hâte de rentrer complètement dedans. Je n'ai lu qu'une dizaine de pages mais il me tarde de le manger tout cru. Vu tous les avis positifs...

3- Que vais-je lire ensuite ? 


J'ai décidé de lire un de mes livres issus de ma PAL - La femme au miroir - parce qu'il faut bien que je vide cette bibliothèque peu à peu. En plus c'est du Schmitt alors tant mieux.
Et puis tout de même, j'ai emprunté le premier tome de la saga Waterfire et il me tente beaucoup alors je pense qu'il sera lu cette semaine, ou celle d'après parce que Outlander est un sacré pavé.