vendredi 8 août 2014

Je l'aimais

Titre : Je l'aimais
Auteur : Anna GAVALDA
Parution : 2002
Nombre de pages : 155
Synopsis : On biaise, on s'arrange, on a notre petite lâcheté dans les pattes comme un animal familier.
On la caresse, on la dresse, on s'y attache. C'est la vie. II y a les courageux et puis ceux qui s'accommodent. C'est tellement moins fatigant de s'accommoder... " A-t-on le droit de tout quitter, femme et enfants, simplement parce que l'on se rend compte - un peu tard - que l'on s'est peut-être trompé ? Adrien est parti. Chloé et leurs deux filles sont sous le choc. Le père d'Adrien apporte à la jeune femme son réconfort.
À sa manière : plutôt que d'accabler son fils, il semble lui porter une certaine admiration. Son geste est égoïste, certes, mais courageux. Lui n'en a pas été capable. Tout au long d'une émouvante confidence, il raconte à sa belle-fille comment, jadis, en voulant lâchement préserver sa vie, il a tout gâché.


Note : 14/20

Ce livre a été lu dans le cadre du Challenge de l'été 2014

Avis personnel : 
  Ca faisait un moment que ce roman de Gavalda me faisait de l'oeil. Ensuite il a traîné longtemps dans ma PAL, et puis voilà, en un après-midi, l'affaire est bouclée. 
  Et bien je ne suis pas déçue. Ce n'est pas l'histoire que je m'étais faite dans ma tête ni la fin que j'attendais mais c'est très très touchant. L'histoire d'abord se concentre sur Chloé, une jeune femme mère de 2 enfants, en plein detresse amoureuse. Ses beaux-parents la prennent sous son aile et, plus particulièrement son beau-père, qui l'emmène dans une maison secondaire pour les éloigner de tout ça. Là-bas elle aura l'occasion de faire le point, mais surtout de faire tomber le masque de son beau-père, si discret et froid sur tout ce qui concerne les sentiments.C'est d'ailleurs le personnage que j'ai préféré - en même temps ce roman ne vous offre pas grand nombre de personnages - parce qu'on sait que derrière un personnage sombre et taciturne se cache de grands secrets ou un homme plein de sensibilité. Et bien la face cachée de Pierre, c'est d'être les deux et ça c'est ce qui fait tout le charme du personnage. La deuxième moitié du roman lui est consacrée pour mieux faire écho au malheur de Chloé. 
  Je ne dirais pas que l'histoire d'amour que raconte Pierre est la plus belle du monde, ni qu'il a vécu quelque chose de beau, mais je dirais que c'est "la vie". Personne n'est à l'abri de vivre cette histoire, de cette façon. Mais j'ai trouvé ça triste, voire trop triste - peut-être était-ce le but ? - mais avec une vraie leçon de vie
  En voulant préserver le bonheur de sa femme, Pierre est contraint de renoncer au sien, et c'est à travers une longue histoire qu'il va expliquer à sa belle-fille qu'il ne blâmera pas son fils d'être parti. A grands coups de cris et de pleurs, il finira son histoire pour donner sa vision de l'amour et du sacrifice, mais pas seulement à sa belle-fille, à nous aussi.
  Le style Gavalda a encore opéré : avec simplicité et douceur quelques fois, elle fait vivre ses personnages qu'on croirait réels et proches de nous. Le contexte du divorce est traité avec les enfants, les parents et le couple en question, et je pense que chaque personne trouvera dans ce roman une part de vérité qu'il se hâtera d'exploiter.

Autres lectures : 
A. Gavalda

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire