jeudi 30 juin 2016

La passe-miroir, livre 2 : Les disparus du Clairdelune

Titre : La passe-miroir, livre 2 - Les disparus du Clairdelune
Auteur : Christelle Dabos
Édition : Gallimard Jeunesse
Parution : 2015
Nombre de pages : 550
Synopsis : Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d'une redoutable vérité.





Ce roman est le second tome de la saga La Passe-miroir.
Si vous n'avez pas lu le premier tome, vous risquez de tomber sur des spoilers.

Avis :
    Après avoir fini le premier tome, je n'ai pas pu m'empêcher de me jeter sur le second tome, avalant plus de 1000 pages en seulement 2 jours. Migraine, mais de nouveau un coup de cœur. 

    Ophélie quittait le domaine d'Archibald pour éviter d'éventuels dangers. Thorn et sa tante tentent alors d'obtenir la protection de l'esprit de l'arche : Farouk. Alors qu'il apprend qu'Ophélie est une liseuse, il lui demande de devenir vice-conteuse. Ce qui n'a rien à voir. Il n'a rien compris - ça se dit esprit et c'est pas capable d'écouter. Cela met Ophélie dans une fâcheuse posture, du fait qu'elle n'a pas de capacités de lecture formidables, et qu'en plus, son fiancé lui en veut. 

   Cette fois-ci, j'ai mis moins de temps à me fondre dans l'univers crée par Christelle Dabos : on reprend les mêmes et on recommence, à la simple différence qu'on est davantage dans l'entourage de l'esprit de famille, Farouk.
    Farouk est un personnage impressionnant : il dégage une sorte d'aura qui encourage les gens à le respecter, mais j'avoue que j'ai eu du mal. Je l'ai trouvé orgueilleux et égoïste : après tout, c'est normal c'est un esprit. Toute l'intrigue de ce second tome tourne autour de lui. On n'y est très peu confronté mais il est là même quand il est absent. Ophélie sera sous ses ordres un long moment et même si cela m'a agacé de voir qu'il pouvait tout se permettre, on a pu voir une nouvelle facette de la personnalité d'Ophélie : le culot, le courage. Ophélie est toujours timide et craintive mais au moins elle a eu un peu plus de tempérament, elle a réussi à obtenir le respect de la part de personnages dont on en attendait moins.
    Ophélie n'est pas la seule à évoluer, et à obtenir mon affection dans ce livre. Berenilde laisse transparaître une sensibilité que peu peuvent voir dans l'histoire. J'ai eu un peu pitié de cette femme qui se veut forte mais qui essaie tant bien que mal de récupérer un peu d'estime en s'abaissant à un léchage de bottes en bonne règles. Son comportement ne cesse de changer mais sa fidélité reste à son neveu, et donc à Ophélie. Elle joue des pieds et des mains pour sortir ces deux de la panade mais en étant enceinte et fatiguée, ce n'est pas toujours facile. J'ai hâte de voir son évolution au cours des prochains tomes. Le personnage de Renard se fait plus présent et plus fidèle que jamais : Ophélie peut compter sur lui, et il est un des rares sur lesquels elle peut s'appuyer.

    Ce qui reste le plus troublant pour moi dans cette saga, c'est les relations entre les personnages : on ne sait jamais à qui se fier. Quelque part ça m'a un peu rappelé Game of Thrones : tous les personnages que vous aimez finiront par mourir. Et bien là, c'est pareil dans le sens "Vous aimez ce personnage ? Vous allez le détester 10 pages plus tard, et l'apprécier 10 pages plus loin, et puis...". Très troublant, mais j'ai adoré ça : c'est différent de ces personnages tout lisses et déjà préfabriqués. J'ai eu l'impression que Christelle Dabos ne faisait pas de distinction entre les personnages bons et mauvais. Chaque personnage a une mauvaise facette comme une bonne et quand on comprend pourquoi, ça rend la lecture plus plaisante. 

    Je suis bien obligée de vous parler de la relation entre Thorn et Ophélie. Dans la chronique du livre 1 j'avais évoqué un love-hate avec principalement du "hate". Bon là, ça devient plus compliqué. Ophélie reste toujours sur ses gardes avec son fiancé mais tout de même, vu qu'il a confiance en elle et qu'elle peut compter sur sa protection, ça va un peu mieux. Le personnage de Thorn est encore plus mystérieux dans ce tome-ci, et je l'ai trouvé attachant : c'est le personnage le plus sinistre, mais je ne peux pas m'empêcher de le trouver drôle, son comportement gauche est drôle. Dans ce tome, les interactions entre Thorn et Ophélie sont multipliées - oui, ils peuvent interagir. J'ai apprécié de suivre cette romance qui n'en est pas une - je crois que finalement ça me rend encore plus euphorique de savoir qu'ils ne s'aiment pas comme dans les livres que j'ai l'habitude de lire. 

    Je dois avouer que ça m'avait un peu refroidie de voir qu'il y avait une sorte d'enquête menée par Ophélie, alors que je ne la voyais pas du tout faire ce genre de chose. Cependant, cela met en avant son pouvoir de liseuse et puis ça laisse apparaître une menace différente de celle qu'on avait dans le premier tome - souvenez-vous, on voulait tuer Ophélie et Thorn parce que... pas légitimes à leur place de "riche". Ici c'est complètement différent : en plus je ne m'étais pas doutée une seule seconde de l'issue de la chose. À travers cette enquête, Christelle Dabos approfondi encore plus la complexité de l'univers qu'elle a créé, les cartes sont renversées et les masques tombent.

    Avec ce tome, Christelle Dabos a réussi un pari énorme : me faire adorer ce que j'avais toujours détesté : les enquêtes menées par une jeune fille, les love-hate, les domaines bourgeois et les jeunes filles timides. Bon par contre maintenant je suis dans un grand état de frustration : je n'ai pas le troisième tome sous la main et je veux lire la suite. C'est horrible. C'est bien qu'elle prenne son temps pour sortir le meilleur des livres mais pas trop, hein ? En conclusion je dirais que c'est un tome encore meilleur que le premier, alors je vous les recommande encore plus !!


Page 172 : 
"Je ne vous demande pas de jouer au gendre exemplaire, mais êtes-vous seulement capable de sourire ?"

Autres tomes
1 - 3

10/12


Vous aimerez peut-être :
Divergente, tome 1 de Veronica Roth
Entre chiens et loups de Malorie Blackman
Gardiens des Cités perdues, tome 1 de Shannon Messenger

D'autres blogueurs en parlent :

4 commentaires:

  1. Ce deuxième tome est encore meilleur que le premier !!! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'ai bien l'impression que c'est l'avis de la majorité... vivement le troisième tome, qu'on l'adore encore plus !

      Supprimer
  2. Je-ne-lis-pas-je-ne-lis-pas-je-ne-lis-pas sinon, je vais trop avoir envie de l'ouvrir et je vais être super frustrée de ne pas avoir la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu fais bien de résister à la tentation. J'ai essayé de ne pas trop spoiler. Je reste mystèrieuse et vague... #suspens
      Les spoilers seront surtout pour ceux qui n'ont pas lu le premier tome ;)

      Supprimer