vendredi 22 juillet 2016

Contes des Royaumes, tome 3 : Beauté

Titre : Contes des Royaumes, tome 3 - Beauté
Titre original : Tales From the Kingdoms - Beauty
Auteur : Sarah Pinborough
Traduction : Frédéric Le Berre
Edition : Milady
Parution : 2014
Nombre de pages : 221
Synopsis : Cette fois, c'est l'histoire de la Belle au bois dormant qui va se prendre un petit coup de neuf ! Bien sûr, on y retrouvera tous les éléments classiques de ce conte (le beau prince, la terrible malédiction, la jeune fille endormie et le château hanté) mais de nouveau revus à la sauce moderne !








Note : 16/20

Avis : 
    Et enfin je termine cette trilogie des Contes des Royaumes. J'avoue avoir eu très envie de la finir uniquement pour passer à une autre histoire. Les contes me plaisent en général mais c'était peut-être trop cette fois-ci. Je les ais enchaînés, ça peut faire trop. 

    Dans ce tome, c'est l'histoire de la Belle au bois dormant qui est rénovée, mais je me permets de mettre un bémol. Ce n'est pas que l'histoire du rouet qui est réécrite. Alors certes, on a bien un prince qui traverse la forêt et qui découvre une cité pleine de racines et de végétation, avec une population complètement endormie. Il est accompagné du chasseur - le même que les deux premiers tomes - et rencontre en chemin une certaine Petra - qui me semble être une sorte de Petit Chaperon rouge. Au fil de l'histoire on trouve une pincée de Raiponce, de la Belle et la Bête, sous fond de la Belle au bois dormant. 

    Ça fait un beau mélange : le trio est original et j'ai bien aimé les suivre tout du long de cette nouvelle histoire. Le prince est complètement le cliché type des princes charmants, à la seule différence qu'il semble avoir une forte attirance pour l'alcool et le sexe libre. Son père n'est pas très heureux de voir son fils faire des exploits dans les bars et charge donc le chasseur de l'accompagner dans une quête dont le prince pourra vanter les exploits à travers les royaumes. Petra elle, souhaite suivre le chasseur et le Prince dans leur quête afin de découvrir ce qui se cache - ce qui l'appelle - derrière le mur de ronces. Le personnage de Petra ne m'a pas emballé plus que ça : je pense que son personnage n'est pas essentiel à l'intrigue même si son caractère est aux antipodes de celui des princesses déjà rencontrées et qu'elle apporte une touche féministe dans une littérature globalement sexiste.

    Pour ce qui est de l'intrigue, j'ai eu l'impression que c'était un joyeux pèle-mêle de différents contes connus de tous. Une belle femme est endormie dans un château alors qu'elle s'est piquée le doigt sur un fuseau. A son réveil c'est la joie et la peur : les habitants sont ravis d'être réveillés mais semblent avoir peur d'une Bête qui apparaît de temps en temps. Ajoutez à cela l'intrigue de Rumplestiltskin - Nain tracassin - et de son rouet sous ambiance de tour maléfique habitée par une sorcière et une certaine jeune fille retenue ici à son insu. C'était très drôle de retrouver un peu de tous ces contes mais malheureusement au milieu du livre tout cela est un peu confus : intrigues au milieu de l'intrigue, cela fait parfois trop et on est vite perdu. A tel point que je me suis demandé si toutes ces sous-intrigues étaient bien nécessaire. 

    La réécriture de l'histoire est originale cette fois-ci de par le pèle-mêle mais aussi par son angle de narration. Je m'attendais à trouver le point de vue de la Belle au bois dormant, piquée par le fuseau et tout le toutim mais en réalité, on suit l'histoire du point de vue du chasseur - voire du prince -, avant qu'il ne trouve la cité endormie et ne la libère de la malédiction. J'ai apprécié parce que le chasseur est un personnage humble et naturel que j'ai aimé suivre à travers les histoires. Ce point de vue nous permet de constater tout le côté caricatural du prince, et ce n'est pas de refus. 
    L'histoire de Belle - le personnage central, finalement - se révèle être très sombre et très... sanglant. On ne s'attend déjà pas à ce que l'histoire de la Belle au bois dormant soit mêlée à celle de la Belle et la Bête mais j'ai trouvé ce tour de passe-passe assez bien fait. 

    En conclusion, Sarah Pinborough arrive à mêler tous les contes de notre enfance en une seule et même intrigue, autour d'un seul et même personnage - le chasseur - à qui elle enlève le côté un peu bourru et méchant. Globalement, j'ai eu l'impression que les méchants devenaient gentils et que les gentils révélaient un côté méchant, ce n'est pas pour me déplaire. Les trois tomes sont en fait une seule et même histoire avec un seul fil conducteur, de telle sorte à former une boucle - on retrouve des indices de Poison dans Beauté et dans Charme, et vice-versa. C'est en ça que les réécritures n'en forme qu'une, un peu comme la série Once Upon a Time à mon sens. 


Chapitre 4, pages 49-50 : 
"- Je devrais l'embrasser, murmura le prince.
-Non, vous ne devriez surtout pas faire ça, répliqua Petra en le fusillant du regard. Ce ne serait vraiment pas bien. Si quelqu'un m'embrassait sans me demander la permission, prince ou pas prince, je lui collerais un coup de poing dans le nez"

14/12

Autres tomes :

D'autres blogueurs en parlent :

1 commentaire:

  1. J'avais été déçue du premier tome mais je lirai peut-être la suite :)

    RépondreSupprimer