vendredi 8 juillet 2016

Le liseur du 6h27

Titre : Le liseur du 6h27
Auteur : Jean-Paul Didierlaurent
Edition : Folio
Parution : 2015
Nombre de pages : 208
Synopsis : "Voilà, on voulait vous dire, on aime bien ce que vous faites. Ça nous fait drôlement du bien. Ça va faire bientôt un an que Josette et moi, on vient vous écouter tous les lundis et jeudis matin."
Sur le chemin du travail, Guylain lit aux passagers du RER de 6h27 quelques pages rescapées de livres voués à la destruction. Ce curieux passe-temps va l'amener à faire la connaissance de personnages hauts en couleur qui cherchent, eux aussi, à réinventer leur vie.






Note : 14/20

Avis personnel :
    Quand je reçois un livre, c'est soit parce que je l'ai commandé, soit c'est un cadeau soudain. Ce livre là est arrivé soudainement et je dois dire qu'il m'a intriguée, ce n'est pas mon style de lecture et j’appréhendais. Je me suis décidée à le sortir rapidement de ma PAL pour ne pas repousser sa lecture plus longtemps.

    Guylain Vignolles ne s'épanouit pas dans son travail. Lui il adore les livres, son métier est de les détruire, afin de les destiner à connaître une seconde vie sous forme de livres recyclés. Ce travail le rend malade, un de ses amis a été blessé, et ses supérieurs ne sont que des personnes avides d'argent, se reposant sur leurs petits billets. Pour combler la frustration qu'il a de voir partir les livres, il récupère les feuilles qu'il reste de ces bouquins et les lit le matin dans le RER.

    Tout d'abord, je tiens à dire que l'histoire n'est pas mauvaise. J'ai trouvé ça touchant de voir qu'une personne bien attentionnée puisse récupérer ce qu'il restait des livres pour le faire partager aux autres usagers. Bon après, la fiction mise de côté je trouverais ça un peu lourd que tous les matins à l'aube un monsieur vienne faire la lecture d'une recette d’œufs mimosa juste dans mon wagon. Mais il ne fait pas ça pour les autres, qu'il dit. Finalement c'est assez chouette de lire des extraits de livres et de plonger dans notre imagination sans limite pour en imaginer le contexte ou la suite.

    Le personnage de Guylain m'a plu - même si en 200 pages c'est compliqué de se faire un avis - même si je dois avouer que ce n'est pas le personnage le plus fun qui existe. Il a 36 ans - alors que je lui en aurait donné facile 50 vu sa façon de vivre. Il vit avec poisson rouge et sa routine est RER - boulot - dodo. Boulot qu'il n'aime pas, qu'il hait, de tout son être. Finalement après avoir fini le livre j'ai quand même réussi à apprécier le personnage, parce qu'il était sorti de sa routine.
    Le début du roman est assez lent : c'est la routine de Guylain qui vous raconte sa vie déprimante avec aucun entrain. Rajoutez à ça des tournures de phrases alambiquées - ce qui m'a fait lever les yeux au ciel plusieurs fois. Les phrases étaient jolies mais fallait-il vraiment en rajouter autant ?

    Heureusement l'histoire prend un nouveau tournant quand deux petites vieilles abordent Guylain et lui demandent de venir lire les extraits de texte "chez elles". Cet événement donne un peu de vitalité à l'histoire et c'est à partir de ce moment que j'ai commencé à m'intéresser réellement, où ma lecture n'était plus monotone. Les instants passés avec les deux sœurs âgées étaient drôles et j'ai eu l'impression que ça rajoutait un peu de gaieté au roman. Rajoutez à cela l'histoire de la clé USB : il trouve une clé USB dans le RER, juste à sa place habituelle et décide de regarder à l'intérieur. Il découvre la vie de Julie - pas plus palpitante que la sienne - et décide de la lui rendre. C'est finalement autour de cette seconde intrigue que se concentre l'histoire, et je dois dire que cela m'a plu. 

    Ce n'était pas la lecture la plus amusante qui soit, ni celle qui m'a le plus emballée - j'ai mis 2 jours à lire 200 pages... - mais j'aimerais vous le recommander. Si vous aimez les livres, il se peut que vous vous preniez d'affection pour Guylain - ne vous fiez pas à ses airs ennuyants de début de roman. Il se peut aussi que ce ne soit pas votre genre de lecture, mais j'ai trouvé l'histoire agréable. Pourquoi pas vous ?



Page 17 :
"Peu important le fond, pour Guylain. Seul l'acte de lire revêtait de l'importance à ses yeux. Il débitait les textes avec une même application acharnée. Et à chaque fois, la magie opérait. Les mots en quittant ses lèvres emportaient avec eux un peu de cet écœurement  qui l'étouffait à l'approche de l'usine."

Vous aimerez peut-être : 
Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows
La lettre oubliée de Nina George 
Et je danse aussi d'Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

D'autres blogueurs en parlent :

3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Il est tout petit, tu le finiras vite, et ça videra ta PAL vite ;) Ce livre rend service à tout le monde ;)

      Supprimer
  2. Je l'avais vu à sa sortie en grand format et je voulais attendre sa sortie poche ... et on oublie. Cette piqûre de rappelle est bien. En plus depuis peu je prend les transports en commun, sûrement mon prochain "livre de métro" ! Merci :)

    RépondreSupprimer