mercredi 9 août 2017

14-14

Titre : 14-14
Auteur : Paul Beorn et Silène Edgar
Édition : Castelmore
Parution : 2016
Nombre de pages : 271
Synopsis : Adrien et Hadrien ont treize ans et habitent tous les deux en Picardie. Ils ont les mêmes préoccupations : l'école, la famille, les filles... Une seule chose les sépare : Adrien vit en 2014 et Hadrien en 1914. Grâce à une boîte aux lettres mystérieuse, les deux adolescents vont s'échanger du courrier et devenir amis? Mais la Grande Guerre est sur le point d'éclater pour Hadrien et leur correspondance pourrait bien s'interrompre de façon dramatique...





Avis :
    Sorti pour la première fois en 2014, ce livre me faisait de l’œil quand je le voyais en librairie. Cependant, je craignais qu'il soit trop jeunesse et je ne voulais donc pas le me procurer sous peine d'être très déçue. J'ai donc opté pour l'emprunt.

    Adrien est contraint d'envoyer une carte de vœux à un de ses cousins qu'il ne supporte pas. Il essaie de mettre dans cette lettre des éléments qui feront rougir d'envie son destinataire, Hadrien Lerac, mais la lettre n'arrivera jamais auprès de son cousin. En postant la lettre dans la nouvelle boîte aux lettres de la rue, la lettre traverse le siècle et arrive en 1914, à destination d'Hadrien... Nortier

    Les deux garçons sont des personnages sympathiques. Ils ne sont pas si différents, mais effectivement, un siècle les sépare : Hadrien fait des études sa priorité et passe son temps libre à aider ses parents ou alors, il passe du temps avec Simone, son amoureuse. Adrien est un peu plus dans la rébellion : son père est absent, ses problèmes de cœur le taraudent et l'école passe au troisième plan - juste derrière Marion et les lettres d'Hadrien. 
    J'ai trouvé leurs échanges assez justes : l'un et l'autre sont étonnés du vocabulaire emprunté par chacun - "sortir avec" ne se dit pas en 1914" et le "prix d'excellence" n'existe plus en 2014, sans parler de l'écriture au stylo et à la plume qui choque l'un et l'autre - et ils ne découvrent pas tout de suite qu'un siècle les sépare. J'ai crains que l'histoire soit expédiée en deux temps trois mouvements du style : "Oh mais il vient de 1914/2014 ! Je vais lui demander/lui dire ce qu'il se passe." pendant 200 pages. 
    En réalité, le rythme est idéal : on suit alternativement les vies d'Hadrien et d'Adrien, ponctuées par les lettres qu'ils envoient et qu'ils reçoivent, dans lesquelles ils se conseillent, se confient et qui deviennent chaque semaine un petit cadeau. 

    J'aurais seulement bien aimé que la fin soit un peu plus longue, ou qu'on obtienne un épilogue. La fin est précipitée, le temps est compté et cela se ressent dans les écrits. Les personnages se plient aux volontés des deux héros, tout se passe vite et en plus, on n'a pas de nouvelles des autres personnages. C'est l'élément du récit qui m'a le plus refroidie. 

    Malgré ce petit refroidissement, je conseille volontiers le roman aux jeunes à partir de 10-11 ans : le vocabulaire est simple mais travaillé, on en apprend beaucoup sur la vie avant la guerre et dans cette édition, des illustrations sont présentes pour renseigner sur les différents éléments historiques - les colonies d'Afrique, des unes de journaux, des photos... 
   Je salue l'originalité du récit, les éléments historiques véridiques et la véracité des faits et des vies quotidiennes des enfants de 2014 et 1914. C'est un roman sympathique qui m'a fait passer un bon moment. Je le conseille aux jeunes et aux moins jeunes !

Chapitre 9, pages 93 et 97-98 :
"Je suis content qu'on se soit écrit tous les deux. J'aimerais aussi qu'on se parle pour de vrai. C'est quoi ton numéro ? Et ton e-mail ? Tu es le seul à qui je puisse vraiment raconter ce qui m'arrive, ici'
[...]
"[Hadrien] prend soin de ne pas déchirer le timbre, afin de le donner au maître. Il lit les premières lignes avec avidité. Lui aussi est content qu'ils s'écrivent. Il aimerait également lui parler "pour de vrai". Par contre, il ne comprend pas bien ce que c'est qu'une "adresse e-mail" ? Et puis, c'est quoi cette histoire de donner son "numéro" ? Il parle du numéro de la rue ?"

Vous pourriez aimer :
Les Folies Bergère de Zidrou
Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows
Et je danse aussi... de Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux

D'autres blogueurs en parlent :

10 commentaires:

  1. Ce livre a l'air très intéressant, il me fait envie depuis sa sortie :)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'avais bien aimé quand je l'ai lu. J'ai beaucoup aimé le concept ainsi que les personnages, j'aimerais bien lire les autres romans des auteurs. Un ogre en cavale de Paul Beorn je l'avais adoré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne connais pas ce livre Un ogre en cavale mais je vais me renseigner... peut-être que ça va me plaire aussi :)

      Supprimer
  3. J'ai beaucoup aimé ce livre jeunesse ! :)
    Je trouve qu'il est intéressant pour découvrir l'Histoire, dans un sens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui dans ce sens-là c'est une vraie pépite ! :)

      Supprimer
  4. Ca me rappelle un peu le film "Entre deux rives" où deux correspondants s'échangent des lettres alors qu'ils ne vivent pas dans la même période! (Oui, la fille doit citer un film à chaque fois qu'elle laisse un commentaire):P

    En tout cas, le fait qu'il y ait des différences linguistiques et culturelles semble rajouter une touche d'humour au récit. Je ne te cache pas qu'une relation plus qu'amicale entre les deux interlocuteurs m'aurait intéressée :D

    Je suis curieuse quant à la fin, je me demande comment tout cela finit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Continues de citer des films, ça fait grossir ma culture cinématographique ! :)

      Ahah maintenant que tu le dis, pourquoi pas une relation plus qu'amicale ? Mais si tu le lis un jour, tu verras que ça risque d'être difficile (désolée pour cette déception matinale)

      La fin n'est pas très originale mais j'avoue avoir quand même retenu mon souffle au fil des lettres qu'ils échangeaient, quand la situation devient plus pressante.

      Supprimer