lundi 14 avril 2014

Quand j'avais 5 ans je m'ai tué

Titre : Quand j'avais 5 ans je m'ai tué
Titre original : When I was five I killed myself
Auteur : Howard Buten
Traduction : Jean-Pierre Carasso
Édition : Points
Parution : 2000
Nombre de pages : 208
Synopsis : Gil n'a que 8 ans. Mais son petit cœur a déjà connu de grands sentiments. Trop grands. Trop forts. Pour avoir fait du mal à Jessica, le voici dans une résidence spécialisée. Seul, face à la bêtise des adultes, qui transforment ses rêves en symptômes cliniques, et son amour en attentat. Qui pourra l'en délivrer ?








Note : 17/20

Avis personnel : 
  C'est sans doute le coup de cœur du mois ! J'ai directement été touchée par ce petit Gilbert, tout franc, tout gentil et tout plein d'imagination. Et tout plein de fautes de français qui, pour une fois, font rire. Certaines de ses remarques sur le monde qui l'entoure m'ont fait vraiment éclater de rire. Malgré le thème abordé qui est assez grave - les enfants placés dans une résidence spécialisée car jugés dangereux - il est ici traité assez légèrement, comme toujours quand c'est vu avec les yeux d'un enfant. On apprend les raisons de son placement rien qu'à la toute fin du roman, mais les anecdotes qui sont délivrées tout le long sont touchantes, et vous feront certainement revivre des bouts de votre propre enfance.
  Gil vit avec son frère et ses parents, et évolue en classe avec Schrubs (un gamin très turbulent), Marty, Ruth et son amoureuse, Jessica. Une fois en clinique, il a du mal à se faire des amis, se qualifiant lui-même de "trop différent des autres", certainement parce qu'il ne s'agit que d'autistes et de gamins avec des troubles importants. Il trouve cependant une aide : Rudyard, un jeune homme s'occupant des jeunes autistes dans l'établissement où il se trouve. Contrairement au Dr Nevele qui est trop basé sur les "symptômes" du petit Gil, Rudyard va lui, essayer de ressembler à Gil pour se rapprocher de lui et comprendre son trouble. C'est ce que j'ai apprécié dans ce personnage : il essaye de comprendre avant d'agir, et malgré lui, va s'attacher à ce petit homme, calé en orthographe et enchaînant les fautes de grammaire.
  Le monde dans lequel évolue Gil est assez sombre - en tant qu'étudiante en psycho, j'espère que les temps ont changé ! - et il est parfois question de "ceinture de contention" en clinique et même de gifles perdues à l'école. Mais il ne semble pas s'en formaliser, restant plutôt dans son monde et dans ses objectifs. 
  Malgré tout c'était une superbe lecture qui restera gravée et qui m'a profondément touchée. Gil est vraiment un garçon formidable, incompris des adultes mais parfaitement compris des enfants, comme si leur langage ne pouvaient pas traverser les âges. C'est vraiment sa sincérité et son innocence qui m'ont fait rire et en même temps regretter mon enfance. Une lecture que je conseillerai à ceux qui aiment les histoires d'enfants, voire d'enfants en difficulté (bien que seul son passage en clinique soit difficile) ou même ce qui traite des histoires de vies en général !

Vous aimerez peut-être :
Au pays des kangourous de Gilles Paris
Autobiographie d'un courgette de Gilles Paris
Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom de Barbara Constantine
Le monde de Charlie de Stephen Chbosky

4 commentaires:

  1. Une lecture qui me tente beaucoup... Rien que le titre m'attire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est assurément une bonne lecture. Drôle et touchant à la fois, n'hésite pas !

      Supprimer
  2. Je ne sais pas trop quoi penser de ce livre... Il m'avait touché sur le moment mais maintenant que j'y pense, il ne m'a pas plus marquée que ça : je ne me rappelle presque plus de l'histoire, en fait. Je sais par contre qu'il y a une suite du livre qui s'appelle : Le coeur sous le rouleau compresseur. Est-ce que tu l'as lue ? ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah non je ne savais pas qu'il y avait une suite ! J'ai pris ce livre parce que je connais le film et l'acteur (sur la couverture) mais j'ignorais. Je chercherais ! :)

      Supprimer