samedi 27 février 2016

Moi, Simon 16 ans homo sapiens

Titre : Moi, Simon 16 ans homo sapiens
Titre original : Simon vs the homo sapiens agenda
Auteur : Becky Albertalli
Traduction : Mathilde Bouhon
Édition : Hachette
Parution : 2015
Nombre de pages : 315
Synopsis : Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n'est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c'est bien à l'abri  derrière l'écran de son ordinateur. C'est sur un chat qu'il a "rencontré" Blue. Il ne sait pas grand chose de lui. Simplement : 
1) Ils fréquentent le même lycée
2) Blue est irrésistible. 
3) Il l'apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro).
Simon commet une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session su l'ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange le coup avec sa meilleure amie, soit Martin révèle son secret à la terre entière. 


Note : 17/20

Avis personnel :
    Ce n'est que par pur hasard que j'ai pu me procurer ce livre. C'est l'utilisatrice Crock-book qui était intéressée par un de mes livres en troc, et puis pourquoi pas lui échanger contre ce roman qui paraissait sympathique. C'était vraiment une lecture apaisante et émouvante, je ne suis pas déçue.
    L'histoire se concentre exclusivement autour de Simon, un adolescent homosexuel, à l'aise avec sa sexualité mais qui n'ose pas l'avouer à quiconque. Un jour, sur le  Tumblr de leur lycée, Simon voit un message d'un garçon qui fait son coming-out, de façon anonyme : il le contacte via son adresse mail et ils entretiennent une correspondance virtuelle où chacun est celui qu'il est réellement. Cependant, dans sa hâte de répondre à un message de Blue, il se connecte à un ordi de son lycée... et laisse sa session ouverte. Un camarade de classe s'en aperçoit et on a la demande la plus lâche au monde : "Tu m'arranges le coup avec ton amie ou alors je balance ton homosexualité à tout le lycée". Simon accepte en maudissant le personnage... Simon essaie tant bien que mal de continuer à vivre normalement mais ce secret sur sa sexualité devient de plus en plus lourd, et il ne voudrait pas faire de peine à Blue, qui serait aussi impliqué.
    L'histoire n'est finalement pas si compliquée à suivre, elle est même expédiée rapidement - ce qui m'a permis de finir le livre en 2 jours - et en réalité, ce que j'ai trouvé beau et touchant, c'est tout ce que dépeint Simon au quotidien : on retrouve une fraicheur lycéenne typique des lycées américains, des amitiés fortes et quelques personnages bien construits. S'ajoute bien sûr à ça les pensées de Simon, soit sarcastiques, soit romantiques, soit problématiques sur son homosexualité. 
    Les personnages secondaires qui m'ont le plus plu, ce ne sont pas les meilleurs amis de Simon - Nick et Leah - mais bien Abby, Martin, et ses parents. Les meilleurs amis de Simon sont à mon sens assez mal exploités, j'ai eu une sensation de vide quant à l'histoire de Leah et son comportement ne m'a pas spécialement plu, alors que Nick campe dans un personnage de beau gosse solidaire. Un beau trio mais qui n'accroche pas - ajoutons aussi une pincée de triangle amoureux, tout le monde sait que j'adore ça, avec le sarcasme. 
    Non réellement c'est Abby qui sort du lot : elle a l'air belle, pétillante, solidaire, fêtarde, et intelligente aussi. Et même s'il est précisé que Simon ne la connait pas depuis longtemps, on accroche directement - un peu comme Luna dans HP, arrive au milieu mais plait de suite. Martin - le protagoniste qui menace de tout balancer - a un comportement un peu ambivalent, tantôt gentil, tantôt "envie de lui en coller deux" mais c'est aussi le seul personnage qui se montre foncièrement pas sympathique dans ce roman doux et calme. Les parents de Simon sont l'archétype des géniteurs qui sont à l'écoute de leurs enfants, voire trop, ce qui vire finalement à ne rien obtenir de leurs enfants. Cela dit j'ai vraiment apprécié le rôle que tient le père : cette espèce d'homophobie ordinaire, les blagues sorties mine de rien en famille ou entre amis, et qui finalement n'en finissent plus de blesser Simon - un extrait à la fin de l'article définit selon moi assez bien le tempérament familial. En gros, pour les personnages, certains sont bien exploités et d'autres beaucoup moins et je trouve cela dommage parce que je m'étais attachée un peu à eux, ça aurait été cool d'en savoir plus et de les développer encore.
Le livre traite bien sûr essentiellement de l'homosexualité, telle qu'elle est ressentie par Simon et par son entourage. Simon souffre au départ de ne pas trouver le courage de l'avouer, cela lui serait peut-être bénéfique dans un sens, mais il ne veut pas subir les quolibets ou les insultes des autres - ce qui est compréhensible. Je m'attendais à un peu plus de violence dans les actions de l'entourage de Simon - pas que je regrette qu'il n'y en ait pas eu !! - du genre un père qui refuse l'homosexualité de son fils, ou des camarades qui se montrent cruels et mesquins. Oh bien sûr tout n'est pas rose, Simon doit faire face à cette intolérance des homosexuels en silence, seulement épaulé par Blue, qui est le seul rémède à la souffrance. On cherche l'identité de ce Blue avec lui, on marche avec Simon dans ces croyances - merci pour les faux espoirs !! - et on vit réellement toute la romance avec Simon, j'ai ressenti tout comme lui - excepté le manque et le désir...- mais j'ai été en colère quand il fallait, joyeuse quand il le fallait aussi. C'est vraiment plaisant de se laisser emporter dans cette romance en demi-teinte.
     Finalement, je pense que Simon permet de rendre le sujet un peu plus léger par son auto-dérision et sa capacité à rester calme. Le livre suit son rythme et c'est bien la première fois que je lis comme ça. Même si on a des nuances de mesquineries, de douleur, de violence "douce", tous les personnages semblent être sortis d'une mare de Bisounours, . Mais ce n'est pas plus mal : ça fait young-adult, ça fait jeunesse, ça fait sourire, ça fait plaisir. Je le recommande à tous, réellement.




Chapitre 3, page 29 : 
"- Et Daniel F ? demande Nora.
- C'est le plus sexy, commente Alice.
Elle et ma mère parlent toujours de "régal pour les yeux" pour ce genre de personnes.
- Tu te fiches de moi ? interjette mon père. L'homo ?
- Daniel n'est pas homo, objecte Nora.
- Ma chérie, c'est une gay pride à lui tout seul Plus flamboyant tu meurs.
Mon corps tout entier se raidit. Leah m'a expliqué un jour qu'elle préférait encore qu'on la traite de grosse en face plutôt que de devoir écouter les gens se gausser sur le poids d'une autre. Je crois que, dans le fond, je suis du même avis. Il n'y a pas pire humiliation que celle, secrète, de se faire insulter par procuration."

7 commentaires:

  1. J'avais adoré cette lecture ! Je l'avais fait lire à des amis qui ont également adoré :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vraiment adoré aussi comme tu as pu le lire... je le recommanderais volontiers à mon entourage :)

      Supprimer
  2. Il me tente depuis pas mal de temps, j'espère bien le lire bientôt :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il doit être dispo un peu partout... saisis ta chance ;)

      Supprimer
  3. Je l'avais trouvé vraiment chouette aussi ;)

    RépondreSupprimer
  4. J'ai bien envie de découvrir ce livre, le sujet m'intéresse.

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai adoré ! Très beau, avec pas mal d'humour. J'ai beaucoup aimé le personnage principal :)

    RépondreSupprimer