mercredi 20 septembre 2017

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles

Titre : Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles
Titre original : I'll Be Seeing You
Auteur : Suzanne Hayes et Loretta Nyhan
Traduction : Nathalie Peronny
Édition : Belfond
Parution : 2014
Nombre de pages : 396
Synopsis : Depuis que son mari a été appelé à rejoindre les forces alliées pour combattre en Europe, Glory Whitehall s'ennuie. Enceinte, seule avec son fils de deux ans dans sa grande demeure du Massachussets, la pétillante jeune femme cherche une amie à qui parler.
À des centaines de kilomètres de là, en Iowa, Rita Vincenzo s'interroge : comment joindre les deux bouts dans un pays rationné ? Comment réconforter la douce Roylene, la fiancée de son fils parti pour le front ? Et, surtout, avec qui partager les angoisses et les joies du quotidien ?
Puis un jour, Rita reçoit une lettre d'une inconnue nommée Glory, comme elle épouse de soldat.
Recettes pour lutter contre la morosité, conseils de jardinage, échange de confidences, de potins de voisinage et de secrets plus intimes... Unies par un inébranlable optimisme, Glory et Rita vont partager une intense complicité épistolaire. Et découvrir que, même dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve toujours son chemin.


Avis :
    Ce livre était dans ma Wish-List depuis un certain temps déjà - je ne le trouvais jamais à la bibliothèque et puis, plus le temps passait, moins j'avais envie de le lire. Mais j'ai quand même trouvé une petite étincelle d'envie en moi qui m'a poussé à l'emprunter et je ne regrette pas du tout.

    Les temps sont durs pour la population américaine : on demande aux hommes de s'engager et aux femmes de se serrer la ceinture et les coudes. Lors d'une réunion entre femmes où chacune doit choisir une correspondante, Glory se retrouve contrainte de piocher le dernier papier. Rita Vincenzo a aussi besoin de compagnie, elle répondra à la première lettre de Glory, et la correspondance commence. 
    Le souci avec les romans épistolaires, c'est que j'ai souvent peur de m'ennuyer comme dans Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates. Que nenni ! Il m'a suffit de quelques pages pour accrocher au quotidien de ces deux femmes. On s'immisce dans leurs vies qu'elles ne veulent pas partager avec vous, mais seulement entre elles.
    Rita représente la positivité, la maturité et l'honnêteté tandis que Glory représente la naïveté, la jeunesse et l'insouciance. J'ai eu du mal à imaginer comment ces deux femmes puissent s'entendre étant donné leurs personnalités très différentes mais en réalité, elles sont bien assorties ! J'ai une petite préférence pour Rita, qui n'y va pas par quatre chemins pour exprimer ce qu'elle pense et qui reste le socle sur lequel toute sa famille s'appuie.

     L'ambiance est sinistre : on envoie de plus en plus d'hommes au front, les denrées commencent à manquer et les mauvaises nouvelles se font nombreuses, mais malgré ça, j'ai trouvé ma lecture pas si morose. Je ne sais pas comment l'expliquer. C'était aussi pour ça que je retardais la lecture de ce livre, j'avais peur d'être trop démoralisée et de ne suivre que les jérémiades de deux femmes solitaires sur 400 pages. Et finalement, non. Enfin pas tant que ça. Parce que oui, bon, tout n'est pas rose, loin de là, mais j'admire le positivisme dont font preuve les deux héroïnes. Les nouvelles désagréables sont compensées par des gestes d'entraide, des amitiés naissent et d'autres meurent, les relations changent, on reste solidaire...
    À la lecture de ce livre, on devient réellement une commère : "Oh mon Dieu, mais comment Glory peut-elle supporter ça ? J'espère qu'elle l'expliquera mieux dans sa prochaine lettre !" ou encore "La voisine de Rita est vraiment sournoise, qu'est-ce qu'elle peut bien cacher ?". La lecture est facilité par le côté addictif que j'y ai trouvé.
    On ne suit pas l'action docilement, passivement, il y a une certaine tonicité dans le récit, dans ce que les héroïnes décrivent, dans ce qu'elles vivent. On ne suit pas seulement les échanges entre les deux femmes, mais aussi leurs courriers à leurs maris, leurs amies. J'ai bien aimé parce que ça a permis d'enlever le côté assommant qu'on trouve dans certaines lectures épistolaires. À chaque reprise de lecture c'était comme : "Ah bon, alors qu'est-ce qui s'est passé depuis que j'ai lâché le livre ? Ah bah ça continue... voyons voir !".

    J'ai réellement adoré ce livre : c'est la seconde lecture qui me surprend ce mois-ci. Je n'en attendais rien de spécial, et finalement je crois que je me souviendrais longtemps de ce livre.  

PS : Je serais bien tentée de reproduire quelques recettes appétissantes - et adaptées à la politique du rationnement - recommandées par Glory et Rita mais j'ai bien peur d'être trop nulle en cuisine... je vous laisse cette mission !


Page 122 :
"Il n'y a rien de mal à être romantique, Glory. Cela signifie seulement que vous voyez le monde à travers un filtre plus tendre. L'esprit est capable de tout, lorsqu'il s'agit de protéger le cœur."

Vous aimerez peut-être : 
Le cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary-Ann Shaffer et Annie Barrows
14-14 de Paul Beorn et Silène Edgar
Et je danse aussi... de Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux

D'autres blogueurs en parlent :

6 commentaires:

  1. J'en garde un souvenir assez mitigé, moi, mais il me semble que je l'avais peu de temps après Le cercle littéraire des... Du coup, ça devait faire redondance ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui deux romans épistolaires l'un après l'autre, ça doit faire beaucoup.
      J'ai presque aucun souvenir du Cercle littéraire, le seul que j'ai c'est que je m'étais ennuyée 😅 après ça dépend si toi tu as aimé, celui-ci t'as peut-être paru fade.

      Supprimer
  2. J'ai bien les romans épistolaires même si le dernier que j'ai lu était une belle déception. En tout cas, je ne connaissais pas ce livre et je suis curieuse de le découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est lequel que tu as lu en dernier ? Ils ne se valent pas tous c'est vrai mais celui-ci se détache du lot parce qu'il est "vivant" quand même malgré le côté passif de la forme épistolaire. :)

      Supprimer
  3. Il a l'air pas mal du tout ce livre :)
    Je ne suis pas énormément fan des récits épistolaires, ayant souvent peu de m'ennuyer mais pourquoi pas laisser une chance à celui-ci ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De toute façon c'est une jolie histoire, donc même sous format épistolaire, tu ne vas pas t'ennuyer :)

      Supprimer