vendredi 7 novembre 2014

Le carnet rouge

Titre : Le carnet rouge
Auteur : Annelise Heurtier
Édition : Casterman
Parution : 2011
Nombre de pages : 190
Synopsis : Je m'appelle Marie, j'ai 16 ans. Si on s'était rencontrés la semaine dernière, je me serais présentée comme une lycéenne ordinaire, vivant avec sa mère dans la banlieue de Lille. Vous m'auriez alors demandé d'où me venait ces cheveux et ses yeux si sombres. Je vous aurais répondu que j'ai du sang népalais. Vous auriez attendu la suite. Mais je ne sais rien de mes origines, ma mère a toujours refusé d'en parler.





Avis : 
  Lecture très courte - moins d'une journée - mais réellement captivante. C'est vraiment une lecture surprenante, je ne m'attendais pas à ça, mais je ne suis pas déçue.

  Marie a donc 16 ans et elle a trois problèmes majeurs dans sa vie : le garçon qu'elle aime, sa relation chaotique avec sa mère et la méconnaissance de ses origines. Le troisième point, elle s'y donne corps et âme : depuis l'âge de 13 ans elle s'intéresse fortement à tout ce qui se rapproche du Népal - nourriture, habits, langue... - et un jour, un vieux monsieur lui donne un carnet rouge qui lui dévoilera ses origines. A partir de là, cela devient obsessionnel : il faut qu'elle lise tout le carnet, sa grand-mère y livre sa vie. Ayant envie d'idéaliser la vie de sa grand-mère, elle s'y plonge. Mais tout enfant qui veut découvrir sa vraie identité doit parfois se confronter au pire. Ça n'est pas cliché contrairement à ce que j'aurai pu présager : Marie est une vraie ado, avec un ami, des relations assez dures avec sa mère, elle va au lycée... mais elle est singulière. Je l'ai bien aimée : elle est originale, elle a des rêves et elle est presque touchante.

  La relation que Marie entretient avec son ami Alex est trop mignonne, on veut toutes un ami comme ça et ils restent dans leur bulle, loin de toute superficialité. Sa relation avec sa mère est conflictuelle parce que cette dernière ne veut pas parler de ses grands-parents, qu'elle nie tout et que ses origines ne l’intéresse pas - contrairement à sa fille. On sent que cette maman célibataire s'est battue et que tout de même, Marie ne semble pas reconnaissante, comme tous les ados de son âge. Ce sont les trois personnages principaux - outre la grand-mère - et ils sont tous les 3 attachants, vous verrez !

  Alors l'histoire du carnet rouge, de la grand-mère donc, je vais à peine vous en parler parce que le livre est tellement court que j'aurai peur de dévoiler quelques intrigues. Sajani fait dicter ses mémoires à son compagnon, qui les a traduit en français, pour l'amener à Marie. Elle commence à raconter son journal à partir de ses 4 ans et c'est là que Marie l'admire, mais la vie rêvée de Sajani va déchanter et Marie sera forcée d'assumer ses origines népalaises, pas si idéalisées.

  C'est une bonne surprise, ce livre, cette histoire. On en apprend beaucoup sur la culture népalaise, sa beauté, mais aussi ses revers. J'avoue moi-même ne rien connaître de particulier sur le Népal, mais avec cette histoire je pourrais au moins caler quelques trucs... C'est une très belle histoire, révélant les valeurs de l'amitié, du partage et surtout de la famille.

 Page 13 :
"Même si aujourd'hui, pas lassitude ou par découragement, mon envie de savoir est un peu moins désespérée, je crois que je lui en voudrai toute ma vie [à ma mère] de me priver de ça [connaître mes grands-parents maternels]. Je n'ai déjà pas de père. Elle devrait comprendre que j'ai besoin de quelque chose à quoi me raccrocher. Quelque chose qui m'aide à me construire, à savoir que je ne suis pas qu'une ado élevée par une mère célibataire dans la banlieue de Lille."

Vous pourriez aimer : 
Profil de Jay Asher et Carolyn Mackler
Café givré de Suzanne Selfors
Sweet Sixteen d'Annelise Heurtier 

D'autres blogueurs en parlent :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de votre passage sur mon blog !
À bientôt !