mardi 23 juin 2015

Au pays des kangourous

Titre : Au pays des kangourous
Auteur : Gilles PARIS
Édition : J'ai lu
Parution : 2014
Nombre de pages : 220
Synopsis :  Simon, neuf ans, vit avec son père Paul, écrivain, et sa mère Carole, une femme d'affaires qui passe sa vie en Australie. Le jour où Paul est hospitalisé pour dépression, Simon voit son quotidien bouleversé.
Recueilli par Lola, sa grand-mère fantasque, il rencontre aussi l’évanescente Lily, enfant autiste aux yeux violets. A travers les songes qu'il s'invente, Simon va tâcher de mettre des mots sur la maladie de son père et de trouver des repères dans cet univers dont le sens lui résiste.




Note : 16/20

Avis personnel :
    C'est avec contentement que je me suis lancé dans ce roman de Gilles Paris, dont j'avais déjà lu un roman : Autobiographie d'une courgette. Ici, le héros est encore un petit garçon d'une dizaine d'années.
    Simon retrouve son papa dans le lave-vaisselle, et presque aussitôt, son papa est amené à l'hôpital, et Simon se retrouve chez sa grand-mère exubérante. Simon est un personnage attendrissant : il observe le monde des adultes avec une telle naïveté que c'en est mignon et presque logique. C'est à travers ses yeux à lui que l'on découvre la dépression de son papa, comment il la perçoit, et comment il fait face à ça, du haut de ses 10 ans. La grand-mère de Simon est un personnage haut en couleur, mais avec des couleurs un peu ternes face à la maladie de son fils qu'elle suspecte de venir de la relation conflictuelle avec la maman de Simon. La maman de Simon n'apparait jamais dans l'histoire, ou juste par souvenirs ou ce que l'on dit d'elle : femme d'affaire dans une société de yaourts, elle est très souvent, voire exclusivement "au pays des kangourous" que Simon se plaît à imaginer plus plaisant que Paris, puisque Maman y reste.
    Gilles Simon nous offre encore une fois une histoire sincère, sans exagération, de ce qui semble être le regard d'un enfant de dix ans sur la maladie et d'un couple qui se sépare. Les réflexions de Simon sont pleines de bon sens et pourtant non-applicables à la vie de tous les jours - malheureusement pour lui.
    J'avoue avoir eu du mal à me lancer dans l'histoire - 220 pages et deux jours pour arriver à la centième - mais à partir du moment où Simon comprend, on comprend aussi et l'histoire suit mieux son cours. Avant cela il y a un blocage sur l'intrigue, ou sur les réflexions de Simon je ne sais pas mais j'ai eu du mal. Le personnage de Lily, cité dans le synopsis, est important pour Simon, qui se fait très vite une nouvelle amie dans cet environnement triste et taciturne, mais je n'ai pas accroché. Certainement un peu trop mystérieuse pour moi.
     Malgré tout ça, Gilles Paris écrit avec légèreté sur un sujet un peu lourd, et il n'est pas certain que d'autres l'auraient fait aussi bien. J'aime définitivement ce qu'écrit cet auteur et n'hésiterais pas à lire un autre livre de lui.

Page 93 : 
"Elle m'a juste confié qu'elle avait fait un séjour en prison et qu'elle aimait beaucoup les hommes, l'alcool et le reste. 
Je me suis demandé ce que mamie appelait "le reste". Moi je ne connais personne qui soit allé en prison, à part les méchants bandits que j'y envoie quand je joue à Cop the Recruit. Et moi au Monopoly. Normalement, quand une personne va en prison, c'est parce qu'elle a tué quelqu'un ou volé une banque. Peut-être que Rose a tué tous les hommes qui l'ont aimée pour mieux les oublier. Ou alors elle a bu énormément et elle a écrasé un policier pour ne pas avoir à payer la contravention. Mais "le reste", qu'est-ce que ça peut être ? Le sucre en poudre qui se respire par les trous de nez ? J'ai vu ça à la télé dans un film américain. C'est nul. C'est bien meilleur sur des fraises avec de la chantilly"

6/12

3 commentaires:

  1. Ce roman est dans ma wish depuis des lustres ! Sûrement depuis que j'ai ouvert mon blog d'ailleurs xD Faudrait que je me laisse tenter un jour.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai été très déçue moi .. Peut être ai je trop aimé "autobiographie d'une courgette" pour apprécié a sa juste valeur celui ci .. Dommage ..
    Merci pour ta chronique !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup cet auteur et j'espère bien parvenir à lire celui-là qui me tente beaucoup même si tu as soulevé quelques points négatifs :)

    RépondreSupprimer