vendredi 7 décembre 2018

La faucheuse, tome 1

Titre : La faucheuse, tome 1
Titre original : Arc of the Scythe, book 1
Auteur : Neal Shusterman
Traduction : Cécile Ardilly
Édition : Robert Laffont (Collection R)
Parution : 2017
Nombre de pages : 493
Synopsis : Les commandements du Faucheur :
Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.





Avis :
    C'est bientôt la fin de l'année 2018. On peut dire que cette année, j'ai découvert beaucoup de saga Young-Adult 100 ans après tout le monde. C'est formidable ! Tout le monde à le pouvoir de me spoiler mes nouvelles sagas favorites, et sachez que je vis très sereinement puisque vous êtes tous très gentils, ou également très en retard sur vos sagas. Bref, je spoile : j'ai été agréablement surprise par ce roman. Je m'attendais à ce qu'il me plaise, mais pas comme ça. 


     C'est lugubre hein. Des gens dont le seul objectif est de tuer d'autres gens. C'est pour ça que j'ai choisi de lire ce livre. J'aime le lugubre. On a tous une petite attirance pour ce qui est interdit ou immoral. Et vu que je ne projette pas de tuer quelqu'un durant les 156 prochaines années, je préfère lire des histoires sur des gens qui tuent d'autres gens. Mais pourquoi tuent-ils ? En réalité, le monde a éradiqué la maladie, la pauvreté et dans la foulée, il a aussi mis fin à la mort. C'est le rêve de bien des gens. L'intelligence virtuelle qui régit le monde désormais souhaite réguler la population, parce que sinon, y'a plus la place. Les Faucheurs sont là pour ça : ils glanent des gens selon des statistiques tirées de l'ancien temps et selon des commandements inviolables. 
    Vu qu'on ne nait pas Faucheur mais qu'on le devient, Maître Faraday décide de former deux jeunes adolescents à son honorable métier de Faucheur. Je dirais qu'il le fait à l'insu de leur plein gré : en effet, Citra et Rowan ne sont pas très chauds pour glaner autrui. Cependant, en les mettant en compétition pour une seule place de Faucheur, il attise leur intérêt et leur montre une facette du métier qu'ils ne pensaient pas pouvoir accepter. 


    Je salue tout d'abord l'originalité de l'intrigue. J'ai l'impression de soulever ce point à chacune de mes chroniques mais ici, c'est réellement purement vrai. Ici, Neal Shusterman prend le risque d'évoquer la mise à mort avec peu de complexes. Dans cet univers, la mort a été vaincue, mais pourtant elle persiste, rare et surprenante. Les personnages la redoutent encore plus que maintenant. Les gens prennent des risques inconsidérés pour l'adrénaline, sans risque de mourir, mais peuvent se retrouver glanés après avoir traversé la route. Souvent par surprise. La mort est un tabou et comme maintenant, on ne peut refuser de s'y soumettre. Les Faucheurs semblent avoir les pleins pouvoirs, ils sont honorés, glorifiés, comme des seigneurs face à leurs serfs. Les gens se méfient, les craignent et gare à ceux et celles qui oseraient les contredire ou les défier. Ils ont quelque chose de majestueux et dans le cas de maître Faraday, quelque chose qui inspire le respect. Maître Faraday inspire le respect parce qu'il n'use pas de son pouvoir, de son devoir. Il respecte une à une les règles et les enseigne à ses deux élèves de la façon la plus correcte qui soit. 

    Maître Faraday choisit d'apprendre  à Citra et Rowan le métier de Faucheur parce que justement, ils ne voulaient pas l'être et que - parait-il ! - c'est une des principales conditions pour en devenir un. Seulement, un seul des deux jeunes adolescents pourra obtenir le titre de Faucheur à la fin de sa période de formation. Passé le choc, nos deux héros vont tout de même s'affronter pour obtenir cette place qui devient chère à leur cœur. Il faut dire que les deux ont des personnalités très différentes : Citra est une jeune fille calme, réservée et craintive issue d'une famille modeste alors que Rowan est issu d'une famille nombreuse, plus impulsif et davantage attiré par le côté glorieux de la chose. Je n'ai pas spécialement accroché aux personnages en eux-mêmes mais j'ai aimé le fait que leur personnalité soit travaillée et si différentes l'une de l'autre. Au fil du récit, Citra et Rowan seront amenés à envisager différemment le métier de Faucheur

    La narration se partage entre Citra et Rowan. Cette double narration nous permet de suivre les différents enseignements des Faucheurs à travers la Midamérique. Il y a les bons et les mauvais Faucheurs. Le mauvais Faucheur, c'est le gars qui choisit une personne et y la glane. Et le bon Faucheur, c'est le gars qui choisit une personne et y la glane. Mais c'est un bon Faucheur. 
    Plus sérieusement, le mauvais faucheur, c'est celui qui tue pour le goût du sang. Et le bon, c'est celui qui tue par devoir et dans le respect de la personne. J'ai aimé que l'on aborde cette dualité qui permet de rendre compte des limites de ce pouvoir. 
    
    Mon rythme de lecture a été assez lent au début du roman, on tombe assez vite dans une certaine monotonie. Passé la découverte du métier de Faucheur et leur mode de vie, on se demande où ça va. Heureusement, un évènement inattendu a reboosté mon intérêt pour l'intrigue. En réalité, c'est lorsque que Citra et Rowan ont été obligé de se battre pour une seule place disponible que j'ai lu plus rapidement. Je suis un monstre. J'ai été frustrée du fait que nos deux héros soient obligé de se faire face mais mon côté sadique à aimé la concurrence et leur façon d'apprendre si différente l'une de l'autre.


    En conclusion, j'ai été agréablement surprise parce que l'intrigue n'était pas du tout ce à quoi je m'attendais. Vous vous attendez à quelque chose, vous êtes déçus de ne pas l'avoir, puis vous réalisez que c'est peut-être mieux comme ça. 
    Je salue de nouveau l'originalité de l'univers, la profondeur des idées - assez rare dans un roman YA pour être soulignée, à mon sens - et les rebondissements inattendus qui savent se pointer pile au bon moment pour rebooster l'intérêt du lecteur. D'ailleurs, c'est moche parce que le dernier rebondissement m'a donné envie de lire la suite. Quel sera votre premier commandement à vous ? Si ce n'est de lire ce livre ou de le recommander ? 


Page 233 :
"Alors tu as décidé de faire pénitence en devenant faucheuse, condamnée à glaner des vies pour te punir de cet acte unique qui remonte à ton enfance.
- Je n'ai rien décidé du tout.
- Crois-tu ?"

Ce livre a été lu dans le cadre 
du Challenge des pavés


Vous pourriez aimer :
Enfants de la paranoïa, tome 1 de Trevor Shane
Phobos, tome 1 de Victor Dixen
Naturalis de Franck Labat

D'autres blogueurs en parlent :

8 commentaires:

  1. J'aimerais le lire, il a l'air atypique ^^ Ton avis me rend impatiente de pouvoir découvrir cette série !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ! Il est très atypique dans le sens où je le trouve plus noir que les autres romans. Peut-être que toi aussi ? En tout cas c'est toujours plaisant de donner aux autres l'envie de lire un livre qu'on a aimé :)

      Supprimer
  2. Lorsqu'il est sortit, j'aurais vendu mes parents pour l'avoir. Maintenant, ça fait un peu plus d'un an qu'il est dans ma PAL et je ne l'ai toujours pas lu... Shame on me ! Mais une chose est sûre, je vais le lire en 2019 surtout qu'il me fait toujours très envie.

    RépondreSupprimer
  3. Ce premier tome est absolument génial ! Un beau coup de coeur, pour ma part ❤️️ L'univers est très bien ficelé, les personnages m'ont plu et l'intrigue est tout de même prenante - même si, je le reconnais, le début pose surtout les bases. Bref, il faut vraiment que je lise la suite :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui t'as vu comme c'est bien ! Moi aussi il me tarde de lire cette suite ! Ça promet !

      Supprimer
  4. Elle fait partie des sagas que j'aimerais enfin découvrir cette année...

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage sur mon blog !
À bientôt !