mercredi 3 mars 2021

My absolute darling

Titre : My absolute darling
Titre original : -
Auteur : Gabriel Tallent
Traduction : Laura Derajinski
Édition : Gallmeister
Parution : 2019
Nombre de pages : 480
Synopsis : A quatorze ans, Turtle Alveston arpente les bois de la côte Nord de la Californie avec un fusil et un pistolet pour seuls compagnons. Elle trouve refuge sur les plages et les îlots rocheux qu'elle parcourt sur des kilomètres. Mais si le monde extérieur s'ouvre à elle dans toute son immensité, son univers familial est étroit et menaçant : Turtle a grandit seule, sous la coupe d'un père charismatique et abusif. Sa vie sociale est confinée au collège, et elle repousse quiconque essaye de percer sa carapace. Jusqu'au jour où elle rencontre Jacob, un lycéen blagueur qu'elle intrigue et fascine à la fois. Poussée par cette amitié naissante, Turtle essaie alors d'échapper à son père et plonge dans une aventure sans retour où elle mettra en jeu sa liberté et sa survie.  


Points + : le personnage de Turtle, les pensées retranscrites, la façon dont tout est amené
Points - : le style narratif

TW (que je masque pour éviter les spoils éventuels)
Inceste, viol, violence, sang, pédophilie

Avis :
    J'ai reçu ce livre à Noël de la part de ma cousine, je ne connaissais pas du tout et je pensais que c'était une sorte de road-trip d'une jeune fille qui fuit son père. Mais non ! Je ne m'attendais pas non plus à ce que j'ai lu, c'était une bonne surprise au final. 

    Julia - dite Turtle - habite seule avec son père dans un endroit reculé de la Caroline du Nord. Son père est un homme sadique, pervers, charismatique et manipulateur, persuadé que la fin du monde est proche. Prise dans ce quotidien qui pour elle est la norme, elle se rend compte de l'anormalité de sa situation en rencontrant Jacob et Brett, deux jeunes adolescents qui lui font voir ce que peut être l'affection, l'empathie et la compréhension. Il reste alors à Turtle de démêler ce qui doit l'être et obtenir la liberté qui lui revient de droit. 

    Que je vous prévienne tout de suite, ce livre est un vrai drame. L'ambiance est vraiment pesante, je ne sais pas si c'est lié au fait que la maison est décrite comme un taudis, ou parce que Julia est morose et s'exprime peu au premier abord ou si le père amène cette ambiance à lui seul. Ce qui est sûr, c'est qu'on est pas serein : le père et la fille tirent souvent à balle réelles sur des petites cibles très difficiles à avoir, le père enchaîne les bières tout en traitant son propre père de poivrot, ils ne s'expriment que par vulgarité et ils vivent reclus. 

    C'est vraiment l'ambiance du début du livre : on est dans l'Amérique profonde - qui voterait sûrement pour Trump - à tel point que je me suis demandé si tout le monde n'était pas un peu perdu dans ses propres pensées tordues.
    Au fil du livre, on comprend que c'est l'histoire d'une prise de conscience, du réveil de Turtle qui redevient Julia. On sent tout de suite que la dynamique est malsaine, on s'attend au pire, et ça sera le pire (voir TW). Lorsque Julia rencontre Jacob, ça fait tilt en elle et tout fait sens dans son esprit, ou presque. C'est alors que l'histoire commence réellement et que la course pour sa liberté débute. C'est vraiment fait subtilement et la façon qu'à Gabriel Tallent de le montrer est formidable. Autant, il décrit des scènes affreuses avec beaucoup de détails, mais il détaille aussi beaucoup ce cheminement de pensée qui s'opère en Turtle

    J'ai adoré ce livre, malgré l'ambiance grave qu'on y trouve. J'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire - petite panne de lecture de 3 semaines mesdames et messieurs - mais je ne regrette pas de l'avoir fini. J'ai eu du mal à adhérer au style narratif. Tout y est bien décrit mais lors des dialogues, j'ai eu du mal à distinguer ce qui relevait des pensées de Turtle de ce qu'elle disait ou faisait - vous pouvez voir un peu comment c'est écrit avec l'extrait plus bas. Mais finalement, au bout d'une cinquantaine de pages, on s'y fait, et l'ambiance m'a fait freiner ma lecture. Mais je ne regrette pas. C'est un livre qui mérite d'être lu, mais pas pour les esprits les plus sensibles - j'ai sauté des pages entières, pauvre de moi.

    Comme l'indique la quatrième de couverture, le personnage de Turtle est vraiment inoubliable. Au départ, vous allez certainement être un peu décontenancé par sa sauvagerie, sa vulgarité et sa naïveté. Je n'ai pas réussi à adhérer à ce personnage tout de suite, elle n'était pas attachante, limie méchante. Puis, on comprend, on voit les choses qui se passent dans sa vie, son envie de réussir à l'école malgré son père qui dit que ça ne sert à rien, son envie de s'en sortir, puis son envie de vivre. C'est comme si elle devenait plus humaine au fil des pages. On finit par avoir envie de l'encourager à s'en sortir, à espérer pour elle. Quelques personnages plus sains gravitent autour d'elle - le grand-père et Jacob - mais sont plus des éclairs de joie qu'un réel tremplin dans sa vie.
    Son père, par contre, vous n'allez même pas adorer le détester. Vous allez le détester tout court. Il est détestable, dégoûtant, pernicieux, lâche, menteur, manipulateur, pervers, inconscient, voire bête. Comme Turtle, on ne sait pas sur quel pied danser avec lui. A la fois on a envie de l'apprécier parce qu'il compte beaucoup pour elle, mais il lui fait du mal dans ses paroles puis dans ses gestes. On connaît sa nature malsaine plus tôt que Turtle. 

    En conclusion, un livre à ne pas mettre entre toutes les mains mais que je recommande quand même pour son personnage principal qui est un exemple de force et de maturité. Le récit est plutôt lent mais on peut alors observer toutes les ficelles de la perversion qui se cassent. Je lirais certainement d'autres romans de l'auteur, ou du moins, plus de romans américains. J'espère que vous y adhérerez aussi !

Pour aller plus loin :
Se plonger déjà en Caroline du Nord
Entretien avec Gabriel Tallent - petits spoilers


Chapitre 3, page 57 :
"Turtle teste la lame sur son pouce, elle regarde son père.
- En voilà, une putain de leçon de vie, dit-il.
Elle fait tourner le couteau entre ses mains, hésitante.
- Tu me fais pas confiance, c'est ça ? dit-il.
- Si, je te fais confiance, dit-elle.
Et elle pense, Tu es dur avec moi mais tu es bon envers moi, et j'ai besoin de cette dureté. J'ai besoin que tu sois dur avec moi parce que je ne vaux rien •par moi-même, et tu me pousse à faire ce que je veux mais que je n'arrive pas à faire seule ; et pourtant, et pourtant... parfois tu n'es pas prudent. Il y a quelque chose en toi, quelque chose de pas prudent, de presque... Je ne sais pas, je ne suis pas sûre, mais c'est là en toi et je le sais."

 


Ce livre a été lu dans le cadre du Défi Lecture 2021
3/100

Vous pourriez aussi aimer :
La colline aux esclaves de Kathleen Grissom
Extinction de Matthew Mather
Miss Amérique ne pleure jamais de Julianna Baggott

D'autres blogueurs en parlent :
Je maladroit
Les lectures de Mademoizelle Nebel


Prochaine chronique :
Bulles en vrac #11

9 commentaires:

  1. Il a l'air poignant et dur ce livre !
    Il m'intrigue, mais je suis pas sûre d'avoir le cran de le lire...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'il est poignant, mais vraiment pas tout le monde est capable de le lire, ou même je comprends qu'on puisse ne pas avoir envie.

      Supprimer
  2. J'ai ce roman dans ma PAL, j'ai vraiment hâte de le lire ! :D Je repasserai lire en détail ton avis quand ce sera fait, je t'avoue que pour l'instant je l'ai lu en diagonale pour me réserver toute la surprise. Mais j'ai vu que tu l'avais aimé, c'est chouette !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui va-y lis en diagonale pour éviter les spoils. Je crois que j'en ai pas mis mais même ce que j'en dis ça peut possiblement t'aiguiller.
      Oui j'ai aimé mais il me faut du temps pour m'en remettre haha.

      Supprimer
  3. Pfiuh... On m'avait averti qu'il était fort et sensible ce livre. Du coup, je l'avais acheté pour la médiathèque dans laquelle je travaille... Mais vus les thèmes sous spoiler, ce n'est pas pour moi... :( Trop dur, je pense...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors tu as bien fait de l'acheter parce qu'il est encensé par beaucoup de lecteurs et d'experts dans le domaine, il trouvera lecteur. Mais après oui, il peut être dur. Je pense même que si on ne me l'avait pas offert je l'aurais pas lu du tout.

      Supprimer
  4. Oh, merci pour le lien :) J'avais tellement, tellement aimé ce livre. Malgré toute la rudesse du sujet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien :)
      Oui malgré la rudesse il reste dans les esprits d'une bonne manière. Je ne regrette pas.

      Supprimer

Merci de votre passage sur mon blog !
À bientôt !